La Guerra Civil : de la muerte de Antonio Machado al compromiso de dos intelectuales franceses relevantes, François Mauriac y Georges Bernanos

La Guerra Civil : de la muerte de Antonio Machado al compromiso de dos intelectuales franceses relevantes, François Mauriac y Georges Bernanos.

Ludovic Dagostin

Article intégral PDF La Guerra Civil – de la muerte de Antonio Machado al compromiso de dos intelectuales franceses relevantes, François Mauriac y Georges Bernanos


Los 80 de Machado

Esta movida de multitudes de la política en precampaña coindice con el 80º aniversario de la muerte de Antonio Machado en Colliure (Francia). Allá quedó enterrado. El poeta cruzó por los Pirineos con un abrigazo grande y la madre en los brazos. En el gabán, antes de darle tierra, le hallaron un papel con un verso anotado a lápiz: «Estos días azules, y este sol de la infancia». Esa es la última huella, el dígito final de su poesía. A Machado (Antonio) lo empujaron a la nómina del exilio, la derrota y la tristeza, todo junto. Pero no lo han callado.Sucede con algunos poetas que sobreviven al fragor de la bandera y la pancarta. Son los que lanzan las palabras más lejos que la vida. Los honestos. Los mágicos. Los de grande fervor social porque en sus palabras cabemos todos. Porque en la plaza íntima de las palabras encontramos la forma de decir lo que afuera no se dice de igual modo. O no se dice. Faltan poetas de verdad. Sobran mujeres y hombres de mentira. Políticas y políticos. Una parte de la calle está muy sensibilizada para la poesía. Es la más social de los esquejes de la literatura. No por la soflama, sino por la verdad que lleva a cuestas cuando la lleva.Buscando citar a un poeta (fray Luis de León), quien escribió el libro que se ha perpetrado Pedro Sánchez, citó alegremente a otro (san Juan de la Cruz). Sucede cuando no se ha leído a ninguno. Este es el nivel. La política fatiga porque todo lo que cuenta es muy probable que no sea cierto o que nunca suceda. Que leyendo en voz alta un verso, se asesine por debajo de la mesa la poesía. Así se hace el oficio, dejando cada vez unas heladas más largas en el corazón.No sé si estoy muy solo también en esto: la pereza ante lo que asoma como hilo musical en los próximos meses resulta desalentadora. Mítines, promesas, telediarios, debates a cuatro, a tres, a dos… Qué más da. Ni la extrema derecha, que es el abrigo de la vieja derecha de siempre dado la vuelta, anima esto. Algunos colegas van dando aviso de lo que van a votar. Les envidio. En este exacto momento del jueves, a las 19.53, descreo sin pliegues de su mercancía congelada. Y fantaseo con la idea de que si salgo de casa el domingo grande de urnas es por probar el placer de llegar al sitio y volverme. Yo creo que sí. Más por tedio que otra cosa. Más por fatiga de lo mismo que por un vicio de derrota. Como dice el inmejorable Manuel Villanueva: «Estamos remontando, pero por el lado que no es». Machado sigue teniendo razón. Nos guarde Dios.

                          Antonio Lucas, El Mundo sección Opinión, 22 de febrero de 2019.

Machado, el refugiado

Se cumplen 80 años de la muerte de Antonio Machado en el pueblo francés de Colliure, adonde llegó huyendo del avance del ejército franquista

Hoy se cumplen 80 años de la muerte de Antonio Machado en el pueblo francés de Colliure, adonde llegó huyendo del avance del ejército franquista al final de la Guerra Civil y tras pasar la frontera en condiciones penosas en pleno invierno. En condiciones parecidas o incluso peores cruzaron los Pirineos 470.000 personas en apenas mes y medio en una huida a la que hoy se conoce en Francia por su nombre español: La Retirada. Aquel éxodo apresurado desbordó una región que en 1939 tenía 250.000 habitantes y cuyas autoridades improvisaron campos de concentración que a veces no eran más que una playa rodeada de alambre de espino y custodiada por guardias.

El primero en abrirse fue el de Argelès-sur-Mer, que llegó a alojar a 100.000 personas. A él acudirá este domingo el presidente del Gobierno, Pedro Sánchez, durante una jornada que incluye visitas a las tumbas de Machado en Colliure y de Manuel Azaña en Montauban. El homenaje de Sánchez, el primero de este tipo que realiza un presidente en ejercicio, se suma a las continuas peregrinaciones anónimas a la modesta sepultura del poeta —convertido desde hace décadas en símbolo del exilio republicano— y a los actos promovidos por los descendientes de los exiliados. Exposiciones, conferencias y marchas simbólicas por los llamados “lugares de la memoria” recordarán durante todo el año un acontecimiento traumático en la historia europea: la crisis humanitaria que culminó la guerra desatada por el golpe de Estado de Franco.

En Francia, la tensión entre resistencia y colaboracionismo, gloria y vergüenza, hizo que la memoria histórica del siglo XX también pasara por su particular travesía del desierto. Sin embargo, al contrario que en España, hoy permanece al margen del debate político. Ochenta años después de una acogida entre temerosa y cruel por parte de las autoridades —compensada en ocasiones por la solidaridad de muchos particulares—, el país vecino ha hecho suyo de manera ejemplar el recuerdo de la penosa llegada de miles de refugiados que, en muchos casos, terminaron por instalarse en su territorio y convertirse en ciudadanos franceses. Se calcula que 70.000 de los que cambiaron de país en enero y febrero de 1939 eran menores de edad. Sería injusto que España —la gobierne quien la gobierne— se desentendiera por segunda vez de ellos y de sus hijos y nietos. También lo sería que aquella estampida de seres humanos que huían de la represión quedase petrificada como un mero hecho del pasado. El poeta Tomás Segovia, que fue niño del exilio, escribió que la memoria de la diáspora de 1939 solo serviría de algo si se tenía presente que el desamparo de los españoles que llegaron a Francia huyendo de la persecución para verse desposeídos de sus derechos es el mismo que sufren los refugiados que continúan a diario llegando a Europa.

                                           Alejandro Ruesga, El País, 22 de febrero de 2019.

Article intégral PDF La Guerra Civil – de la muerte de Antonio Machado al compromiso de dos intelectuales franceses relevantes, François Mauriac y Georges Bernanos

 

 

Eléments du vernaculaire français, Catalogue de l’exposition de Thomas Catifait, « D’ici et de maintenant »

Catalogue intégral Catalogue Exposition Thomas Catifat D’ici et de maintenant 2019

Thomas CATIFAIT

D’ici et de maintenant

              Exposition du 12 septembre au 26 octobre 2019
           Bibliothèque universitaire de l’Arsenal, Université de Toulouse 1 Capitole

Éléments du vernaculaire français
                  14 commentaires d’étudiants d’Histoire des arts classes préparatoires, lycée Saint-Sernin, Toulouse

À la croisée des chemins, Anaëlle Martin
Un panneau si laid, Camille Arola
Supports Surfaces, Camille Arola
Un lieu sans qualité, Cécile Capelle
Sans toit ni loi, Mélaine Chirot
Là au milieu de nulle part, Léa Lara
Un bout de France qui meurt, Mélaine Chirot
Blond, Haute-Vienne, Marthe Gallais
Urbi et orbi, Léa Marie-Rose
Place de la République, Coralie Moisson
Le passage du temps, Léo Mourgues
Carmaux, Tarn, Lucas Nadalin
Après Depardon, Lola Sabardine
Une voie sans issue, Elisa Martin

Catalogue intégral Catalogue Exposition Thomas Catifat D’ici et de maintenant 2019

« A quoi sert l’histoire de la philosophie ? » : Catherine König-Pralong et Pierre Vesperini

« A quoi sert l’histoire de la philosophie ? » : Catherine König-Pralong et Pierre Vesperini (2019
Pierre Mrdjenovic et Théo Chauveau[1]

  Sonya Faure : L’histoire de la philosophie peut apparaître comme une démarche abstraite, gratuite et théorique, détachée de nos préoccupations quotidiennes. Cependant, elle a également participé à la construction des identités européennes et se trouve au cœur de questionnements politiques multiples. Pour en parler, nous accueillons aujourd’hui Catherine König-Pralong, professeure d’histoire de la philosophie à l’université de Fribourg en Allemagne, médiéviste, qui a récemment sorti un essai intitulé La Colonie philosophique[2]. À ses côtés, Pierre Vesperini, philosophe de formation, antiquisant, auteur d’un essai sur Marc-Aurèle, Droiture et mélancolie[3], puis sur Lucrèce, Lucrèce, archéologie d’un classique européen[4], et qui prépare en ce moment un livre sur l’histoire de la philosophie antique.
L’histoire de la philosophie, peut aujourd’hui nous sembler une démarche naturelle et neutre. En réalité, sa pratique et sa démocratisation sont un phénomène récent datant des Lumières.


[1]Compte-rendu du débat animé par la journaliste de Libération, Sonya Faure, dans le cadre du festival « L’histoire à venir », le samedi 25 mai au lycée Sanit-Sernin.

[2]Ed. EHESS, 2019

[3]Verdier 2016.

[4]Fayard, 2018.

Article intégral PDF A quoi sert histoire philosophie Vesperini König-Pralong prepaSernin 

Actualité culturelle et pédagogique


2020-2021

Espagnol

Coord. : R. Lafitte

En el festival Cinelatino, algunos estudiantes de LVB de LSH AL y BL vieron la película El olvido que seremos y algunos LVA presenciaron la entrevista del realizador Fernando Trueba. Trailer : https://www.youtube.com/watch?v=ppezPGQJ8Yw
Entrevista a Fernando Trueba :https://www.youtube.com/watch?v=H9tRQWwpvzg


« Les Colombiens ont la douleur et le refus de l’oubli inscrits dans leur chair ». Le film L’oubli que nous serons de Fernando Trueba est adapté d’un roman autobiographique d’Héctor Abad Faciolince, paru en 2006, qui a connu un succès très important en Colombie.

Nous avons demandé à Marie Estripeaut-Bourjac (1), spécialiste de la question de l’écriture de la mémoire en Colombie, de nous expliquer en quoi ce récit témoignait d’une période particulièrement mouvementée dans le pays. (Pauline Le Gall).

Vous avez travaillé sur l’écriture de la mémoire en Colombie. Comment le roman d’Héctor Abad Faciolince, L’oubli que nous serons, s’inscrit-il dans cet élan littéraire ? 

Ce récit autobiographique, et revendiqué comme tel, a pour objectif de dénoncer l’incurie des pouvoirs publics. À l’heure actuelle, les causes de l’assassinat d’Héctor Abad Gómez ne sont toujours pas éclaircies. Aucun jugement n’a été rendu. Le récit est donc une forme de réparation et de thérapie pour l’auteur et pour sa famille. Faciolince n’a d’ailleurs de cesse de l’écrire : «J’ai enfin pu parler ». Ce témoignage est particulièrement important parce qu’il se situe à l’un des moments les plus tragiques de l’histoire de la Colombie, dans les années 80. 

Le film, tout comme le roman, mêle récit intime et histoire de la Colombie. Comment cette forme permet-elle de raconter la complexité de la situation dans le pays, notamment dans les années 80 ? 

Les quinze dernières années de la vie d’Héctor Abad Gómez, qui sont racontées dans le livre et le film, sont étroitement liées à l’histoire de la Colombie. Il était très investi socialement et s’est d’ailleurs présenté à la mairie de Medellín. Toutes les vexations et les persécutions dont il a été victime montrent bien qu’à cette époque il valait mieux se taire en Colombie. Il s’exprimait notamment sur des sujets polémiques. Or, comme le dit l’une de ses anciennes élèves, à l’époque personne n’en parlait dans le pays. Il s’agissait là d’une préoccupation qui semblait réservée aux étrangers, notamment américains, alors que la santé est un enjeu majeur pour le bien-être et le progrès du pays. Les années 80 marquent aussi les grandes années de Pablo Escobar et la naissance des brigades paramilitaires, aussi appelées « escadrons de la mort ». En 1985 a lieu la prise du Palais de justice par la guérilla M-19, suivie de l’assaut de l’armée puis de l’incendie dans lequel une centaine de civils trouvent la mort. En marge de cela, des membres du parti communiste et des anciens guérilleros, qui avaient décidé de revenir à la vie civile et se présentaient aux élections sous l’étiquette de l’UP (Union Patriotique) sont massacrés. Il y a eu en tout 5000 morts et cela n’a jamais été élucidé.

– Le film est aussi marqué par la violence qui semble venir de partout… 

Oui, d’ailleurs les premières scènes du film sont toutes des scènes de violence. La première montre Héctor Abad Faciolince sortant du cinéma avec son amie et lui disant qu’il en a assez de voir autant de violence et de revolvers dans les films qui parlent de l’Amérique latine. Puis, il revient en Colombie alors que son père vient d’être mis à la retraite de manière forcée. La troisième scène, elle, est vue au travers du viseur d’un revolver. L’importance des armes dans la société est clairement montrée dès le début du film, et il s’agit d’une vraie toile de fond en Colombie. Dans toutes les productions artistiques, le revolver et la vénération des armes sont des motifs centraux. 

– Vous écrivez que les récits personnels font office de « réparation symbolique et de thérapie sociale ». Pourquoi est-il particulièrement important que les Colombiens se réapproprient cette période de leur histoire ? Qu’est-ce qui rend cette réappropriation difficile ? 

Les Colombiens qui souhaitent la fin de la guerre ont commencé, à partir des années 80, à se réapproprier leur histoire. Il existe une effervescence testimoniale impressionnante dans le pays avec des écrits, des productions, des films, des œuvres artistiques… Les Colombiens ont la douleur et le refus de l’oubli inscrits dans leur chair. Cela n’empêche pas que la violence continue. Il y a toujours des forces pour empêcher que la paix s’instaure durablement. Pour certains secteurs de la société (trafiquants de drogues, propriétaires terriens…) la guerre est plus rentable que la paix. Certaines activités, comme l’expropriation de terres, peuvent se dérouler beaucoup plus facilement en temps de guerre. 

– En quoi la figure du docteur Héctor Abad Gómez est-elle emblématique de l’histoire de la Colombie ? 

Tous les Colombiens ont quelque chose à raconter et beaucoup ont perdu un proche, un parent, un membre de leur famille. Héctor Abad Gómez est emblématique de cette violence. Par ailleurs, il s’agit d’une figure connue en Colombie. Quand il est mort, il se présentait comme représentant du parti libéral à la mairie de Medellín. Ses étudiants l’aimaient beaucoup, il suffit de voir dans le film les hommages qui sont organisés, la manifestation qui se tient en marge de son enterrement. Il était aimé, reconnu, et en plus d’être un grand médecin, il défendait les droits humains et était proche du peuple.
 
– Dans l’imaginaire français, la ville de Medellín est associée à la drogue et à la violence. Quel est son profil, par rapport à d’autres villes de Colombie comme Bogotá ? 

La ville de Medellín a un statut particulier en Colombie. Elle se situe dans la région d’Antioquia et est traditionnellement associée aux grands chefs d’industrie. Dans les endroits les plus reculés de Colombie on retrouve des gens originaires d’Antioquia. Ce sont des commerçants, des hommes d’entreprise, des colonisateurs et surtout des travailleurs infatigables. À Medellín, le silence n’existe pas : il y a de l’activité à toutes les heures du jour et de la nuit. Évidemment Medellín est aussi la ville où est né le premier grand cartel de la drogue, celui de Pablo Escobar. Escobar recrutait ses sicaires (hommes de main) dans les quartiers pauvres de la ville. L’esprit d’entreprise de Medellín fait qu’être un tueur à gage qui assassine par contrat, est considéré comme une entreprise comme une autre.  À l’époque de Pablo Escobar les assassinats en pleine rue étaient fréquents. Tout l’entourage d’Héctor Abad Gómez est d’ailleurs parti en exil après son assassinat. 

– Le roman d’Héctor Abad Faciolince a été un immense succès en Colombie. Qu’est-ce qui a particulièrement touché les lecteurs dans ce récit ? Pourquoi a-t-il eu un tel retentissement ? 

Héctor Abad Faciolince était déjà un romancier connu et reconnu en Colombie au moment de la publication de L’Oubli que nous serons. Dans ce livre, il raconte l’histoire de millions de Colombiens, une histoire de douleur. Quand ces récits provenaient de personnes du peuple ou d’indigènes qui vivaient dans des coins reculés du pays, ils n’ont que peu d’échos. Au contraire, L’oubli que nous serons raconte la vie et le destin d’un homme public, connu au plan national, qui s’est présenté à la mairie et qui n’en a pas moins été fusillé en pleine rue. Ce témoignage a montré que la violence ne touchait pas seulement les gens du peuple mais tous ceux qui osaient élever la voix et défendre les Droits Humains. 

Ce récit autobiographique est sorti en 2006, un an après l’adoption de la loi Justice et Paix par le Congrès colombien. Ce contexte a-t-il joué dans la réception du roman ? 

La loi de 2005 a été très mal vécue par la société civile. Elle a été perçue comme une manière d’accorder l’impunité à tous les paramilitaires, encouragés à revenir à la vie civile. Cet ouvrage n’a fait qu’ajouter au mécontentement et aux protestations qui étaient d’ailleurs toujours assez mesurées : ceux qui s’exprimaient trop fort se faisaient descendre. Le roman n’a fait que compléter les critiques qui étaient faites au président Álvaro Uribe. 

Plus de dix ans plus tard, le film est choisi pour représenter la Colombie aux Oscars. Cette histoire est-elle toujours d’actualité ? Comment le contexte a-t-il changé depuis la parution du roman ? 

Oui, cette histoire est toujours d’actualité, dans la mesure où la Colombie est encore aux prises avec le fait que le traité de paix n’est pas appliqué. Malgré toutes les régressions et les révisions qui ont été faites, il n’y a toujours pas de paix dans le pays. Au sein de la guérilla, ceux qui s’étaient démobilisés se remobilisent. Ils savent que le massacre de l’Union Patriotique va se reproduire et ils ont repris le maquis. D’autres ne se sont jamais démobilisés. La mafia et les trafiquants de drogue, eux, continuent à faire leurs affaires. 

(1) Marie Estripeaut-Bourjac est maître de conférence à l’ESPE d’Aquitaine-Université de Bordeaux en langues et études romanes et en sciences du langage. Elle a publié L’écriture de l’urgence en Amérique latine (Presses Universitaires de Bordeaux) et, avec Nicole Pelletier et Patricia Paillot, Vivre avec la mémoire des conflits. D’un continent à l’autre (à paraître aux Presses Universitaires de Bordeaux).

9 juin 2021 — Espagnol

FESTIVAL CINELATINO

Los alumnos de LVA pudieron asistir a la apertura del festival asistiendo a la proyección de : TENGO MIEDO TORERO [JE TREMBLE, Ô MATADOR] de Rodrigo SEPÚLVEDA – Chili, Argentine, Mexique | 2020 
PRIX CINÉ & PRIX DU PUBLIC LONG-MÉTRAGE DE FICTION LA DÉPÊCHE DU MIDI
Y presenciaron un encuentro con el actor principal :
Alfredo Castro est l’un des acteurs les plus primés du cinéma chilien et le plus loué et respecté par la critique. Directeur d’une école, d’un théâtre et d’une troupe du nom de Teatro de la Memoria, metteur en scène, scénariste, acteur, il incarne le plus souvent des personnages tourmentés avec sobriété et complexité. Ce n’est qu’à 50 ans, en 2006, qu’il aborde le cinéma, dans Fuga, premier film de Pablo Larraín, alors inconnu du public. Pour son deuxième opus, Tony Manero (2008), Pablo Larrain fera appel à Cinéma en Construction à Toulouse, révélant aux professionnels du cinéma le talent d’un acteur hors normes, il remportera le Prix Cinéma en Construction avant d’entamer à Cannes, à la Quinzaine des Réalisateurs, un long parcours dans les festivals et les salles de cinéma. Alfredo Castro est devenu par la suite l’un des acteurs fétiches du désormais célèbre Larrain, avec 6 films à son actif.


8 juin 2021 Histoire des arts et Lettres Modernes Autour de l’exposition « Au-delà des apparences, il était une fois, il sera une fois », Musée des Abattoirs

Captation vidéo d’une lecture de textes par les étudiants.

Coord. : C. Catifait et N. Cournarie

31 mai 2021 Espagnol — Visite de l’exposition consacrée au poète et artiste peintre, Rafael Alberti, à l’Institut Cerventès, lundi 31 mai.

Coord. :  Ludovic D’Agostin.


31 mai 2021 Anglais — Conférence à l’Université Jean Jaurès sur les représentations de la nature dans des œuvres littéraires nord-américaines.
Coord. : M. Soler


Histoire — La valorisation d’une archive du Lycée par des étudiants de Lettres supérieures du Lycée Saint-Sernin de Toulouse (LSHA – avril-juin 2020)
Le Lycée de jeunes filles de Toulouse pendant la Première Guerre mondiale : un hôpital militaire au cœur d’un lycée de 1914 à 1918.

Coord. : Marie Perny

https://view.genial.ly/603a27e319e1625625aae2b3/presentation-le-lycee-st-sernin-pendant-la-1ere-guerre-mondiale-analyse-darchives

Journée Portes ouvertes


CPGE
AL LSH et BL

en virtuel
samedi 6 mars 2021


Conférences du Proviseur (10h et 14h)
Discussion avec les professeurs et les élèves (9h-12h / 13h-16h)


CONNEXION pour réunion ZOOM

https://saint-sernin.mon-ent-occitanie.fr/administration-actualites-vie-scolaire/actualites/journee-portes-ouvertes-virtuelles-cpge-6-mars-2021-55063.htm




11 février 2021 — Espagnol

Revue de presse latino-américaine et espagnole et analyse méthodologique par des étudiantes
Coord. Laffite et L. D’Agostin


14 janvier 2021 — Histoire des arts

Séminaire avec Clarisse FAVA-PIZ, PHD à l’Université de Pittsburgh, spécialiste de la sculpture au XIXème siècle, avec le soutien de plusieurs musées et instituts d’histoire d’art aux Etats-Unis. 

Enjeux et débats autour de la sculpture publique aux Etats-Unis.

Coord. : N. Cournarie




11 décembre 2020 — Forum des Grandes écoles et parcours sélectifs








Par visio , communication en ligne avec des anciens élèves ayant intégré les Grandes Ecoles

2019-2020


 1er juillet 2020, 18 et 21 heures
et 2 juillet 2020, 21 heures — Théâtre
E-représentation à partir de Mangeclou d’Albert Cohen.
Sever Martinot-Lagarde

S’inscrire à spectacle.mangeclous@gmail.com

Places limitées : 100



Mangeclous est une célébration comique et rabelaisienne de la vitalité et des rêves de grandeur d’un petit peuple d’amis juifs, les Valeureux, issus du ghetto de l’île grecque de Céphalonie. 
Au cours d’un périple qui nous conduit de Céphalonie à Genève en passant par Marseille (suivant en cela la trajectoire biographique d’Albert Cohen), nous suivons les exploits imaginaires de Pinhas Solal, dit Mangeclous, de l’Oncle Saltiel, de Mattathias, de Michael et du petit Salomon. Nos amis sont des bouffons bavards, hâbleurs et toujours affamés, menteurs et sincères, généreux et grippe-sous, misogynes et amoureux, terriblement courageux et lâches, machiavéliquement rusés et candides, parfaitement pieux et athées, sionistes et antisémites, grands rêveurs devant l’Eternel… 
Derrière la verve éblouissante et l’explosion de joie de vivre, d´humanité, d’humour juif et d’autodérision qui caractérisent le roman d’Albert Cohen, s’amoncellent des nuages de tristesse et d’incompréhension. Ecrit en 1938, Mangeclous lance un éclat de rire au bord du précipice.


24 juin — Accueil en distanciel des nouveaux élèves de 2ème année

20 avril — Philosophie            Reporté
14h-16h., salle des conférences
Conférence d’E. Bories : « Réflexions sur la démocratie »
Coord. : E. Bories


19 mars — Histoire des arts   Reporté
Conférence de M. Gironet, Architecte des bâtiments de France : Influence de Léonard de Vinci sur les fresques de la Renaissance
Coord. : N. Cournarie


5 mars — Cinéma
18h, Amphithéâtre Marsan, Toulouse School of Management.
Conférence AGCOM sur le thème : « Révolution médiatique et nouvelles communications – le cinéma face au streaming en 2020 ». Présence de la société de distribution Wild Bunch aux 5 oscars et rencontre avec sa chargée du digital, Fantine Guemghar.


6 février — Histoire des arts
Conférence de M. Gironet, Architecte des bâtiments de France : Initiation à l’architecture
Coord. : N. Cournarie


3 février— Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Art contemporain 2 » 
18h-19h30 : E. Vidal (conférencier)
Coord.  : N. Cournarie


30 Janvier — Histoire des arts
Visite et présentation des chapiteaux romans du musée des Augustins
Coord. : N. Cournarie


IMG_1756.JPG

23-28 janvier — Histoire des arts
Voyage d’études à Paris : visites et rencontres avec des conservateurs (Société française de photographie ; Musée du Louvre ; Musée des Arts décoratifs ; Bibliothèque historique de la ville de Paris ; Musée d’Orsay ; Musée Picasso ; Centre Pompidou ; Exposition L. de Vinci ; Bibliothèque Nationale de France ; Exposition Huysmans)
Musée d’Orsay, salle Gauguin)
Coord. : N. Cournarie

POCPGE.png


25 janvier — Journée Portes ouvertes CPGE
9h-12h30
JPO CPGE 25 janvier 2020


20 janvier — Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Art contemporain 1 » 
18h-19h30 : E. Vidal (conférencier)
Coord.  : N. Cournarie


13 et 20 janvier — Espagnol : Atelier de traduction thème/version
Coord. : L. D’agostin


PICASSO EL TRICORNIO.jpg

 10 janvier — Espagnol : Concert « Sur un air andalou« , Halle aux Grains
Coord. L. D’Agostin


6 janvier — Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Art moderne » 
18h-19h30 : E. Vidal (conférencier)
Coord.  : N. Cournarie


capture_logo_rose_beton-530x331.jpg

19 décembre — Histoire des arts
Présentation par les étudiants de l’exposition Rose Béton
Musée des Abattoirs      logo_2014
17h30-18h30

Et présentation de l’Ecole du Louvre par deux anciennes étudiantes          Unknown



16 décembre — Histoire des arts

Module : Préparation Ecole du Louvre , « Renaissance nordique » 
18h-19h30 : A. Hémery (conservateur)
Coord.  : N. Cournarie


9 décembre — Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Peinture hollandaise du Siècle d’Or » 
18h-19h30 : A. Hémery (conservateur)
Coord.  : N. Cournarie


16 décembre — Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Peinture hollandaise du Siècle d’Or » 
18h-19h30 : A. Hémery (conservateur)
Coord.  : N. Cournarie


ARTE NUEVO DE HACER COMEDIAS.jpg
Entrer une légende

18 décembre — Espagnol
10h-12h
Université Jean Jaurès Unknown.jpeg
Conférence de Luis González (MCF) :  Lope de Vega y la comedia: la creación del teatro nacional
Coord. : L. D’Agostin


IMG_1667.JPG

logo-fr

18 décembre — Philosophie
Conférence-entretien par Edgar Morin
Université Toulouse 1 Capitole
17h30-19h
Coord. : L. Cournarie

L’urgence de transmettre E. Morin


IMG_1666.JPG

16 décembre — Etudes théâtrales et musique
Spectacle musical sur des nouvelles de Maupassant et des poèmes de Michaux
20 h., Collège Pierre de Fermat

16 décembre — Etudes théâtrales et musique
Spectacle musical sur des nouvelles de Maupassant et des poèmes de Michaux
20 h., Collège Pierre de Fermat

Coord. : J.-S. Cambon et S. Martinot-Lagarde


photo lycéé

   13 décembre — Forum des Grandes Ecoles
13h30 – 17h (3ème étage) 

programmeForum


IMG_1119
logo_2014

12 décembre — Histoire des arts
Présentation du livre d’artiste par Fabrice Raymond
Médiathèque du Musée des Abattoirs
Coord. : N. Cournarie


gerd-klestadt     12 décembre — Histoire        REPORTÉ
Rencontre avec Gerd Klestadt, rescapé de la Shoah
10h15-12h15
Coord. CPGE  :  Ph. Ruiz.


IMG_1113.jpeg

6 décembre — Histoire des arts
Lancement du projet de rédaction de cartel et de panneaux pédagogiques au Musée des Augustins
Atelier de peinture a tempera
Coord. : N. Cournarie


26 novembre— Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Peinture, sculpture : Renaissance Italie 2 » 
18h-19h30 : A. Hémery (conservateur)
Coord.  : N. Cournarie


18 novembre— Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Peinture, sculpture : Renaissance Italie 1 » 
18h-19h30 : A. Hémery (conservateur)
Coord.  : N. Cournarie


9 décembre — Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Peinture hollandaise du Siècle d’Or » 
18h-19h30 : A. Hémery (conservateur)
Coord.  : N. Cournarie


18 novembre — Anglais
14h-16h
Conférence de Mme Lécole, MCF Arts plastiques : « Voiles blancs. La blancheur fait-elle motif ? » 
Coord. : J. Miguel


15 novembre — Espagnol
Conférence de Pierre-Frédéric Charpentier


IMG_1667.JPG

logo-fr

18 décembre — Philosophie
Conférence-entretien par Edgar Morin
Université Toulouse 1 Capitole
17h30-19h
Coord. : L. Cournarie

: « Les intellectuels français et la guerre d’Espagne, une guerre civile par procuration »
Salle des conférences, 14h-16h
Coord.  : L. D’Agostin

http://www.editionsdufelin.com/o-s-cat-r-623.html


12 novembre — Lettres Modernes

Toussaint-Jean-Philippe-La-Salle-De-Bain-Livre-1274723827_ML.jpg
livre_moyen_9782707345592.jpg
logo-fr

                         Rencontre avec l’écrivain Jean-Philippe Toussaint au sujet de son premier roman,  et de son dernier texte, La clé USB.
15h30
Amphithéâtre Valade
— en partenariat avec l’Université Toulouse 1 Capitole.                      

Coord. : Carole Catifait


17-31 octobre — Histoire des arts

Unknown.jpeg

Médiation : Exposition Thomas Catifait « D’ici et de maintenant », Bibliothèque de l’Université Toulouse Capitole 1
Coord. : N. Cournarie
logo-fr                                                


IMG_20191017_174952941.jpg

17 octobre —  Histoire des arts

   Médiation (stage) : Exposition Peter Saul, Coord. : N. Cournarie.

logo_2014  Musée des Abattoirs


14 octobre— Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Iconographie : Nouveau Testament » 
18h-19h30 : N. Cournarie
Coord.  : N. Cournarie


4 octobre— Histoire des arts
Module : Préparation Ecole du Louvre , « Iconographie : AncienTestament » 
18h-19h30 : N. Cournarie
Coord.  : N. Cournarie


18-20 septembre 2019 — Voyage d’étude et d’intégration (LSHC)  dans le Haut Ampurdan.
Coord. M. Palevody, V. Doumerc, O. Loubes.


2018-2019


 6 juin — Histoire des arts
16-537947-530x331Médiation Exposition « Picasso et l’exil »
16h30, Musée des Abattoirs
Coord. N. Cournarie et E. Vidal (guide-conférencier)                       logo_2014.png


Unknown.jpeg
logo_koning_pralong.jpg

25 mai — Histoire
Dans le cadre du Festival L’Histoire à venir, conférence de C. et P. Vesperini, sur le thème : «A quoi sert l’histoire de la philosophie ?»
Un antiquisant et une médiéviste se retrouvent pour parler de la façon dont on a écrit l’histoire de la philosophie en Europe, et s’interroger sur la façon dont on peut l’écrire autrement aujourd’hui. Cette question, en apparence
éloignée de nos préoccupations quotidiennes, est en réalité profondément politique, tant l’histoire de la philosophie fonde notre rapport au politique. Tel sera le fil conducteur d’un dialogue où se confronteront méthodes, périodes et nouvelles perspectives.
Coord. O. Loubes
https://2019.lhistoireavenir.eu/evt/174/


23 mai — Musique
Concert des optants de musique, salle des conférence, 20 h.
Coord. S. Cambon


22 mai — Toutes options
Mercredi 22 mai, à 14h, en salle 322,
Florie Boy, directrice de Media d’Oc, conservatrice de bibliothèque (ancienne élève de khâgne) et Maxime Coumes (BUC de l’Université Jean Jaurès) viennent présenter les métiers liés aux bibliothèques pour les étudiants de CPGE de Toulouse.
Coord. : Carole Catifait, Nathalie Cournarie.


14 mai — Langues vivantes
Ateliers-débats au lycée Saint-Sernin (CPGE-lycée)

image

« Le travail de mémoire, un enjeu plurilinguistique »


“Les récentes découvertes sur le positionnement pro-nazi du peintre Emil Nolde ont contraint Angela Merkel à faire décrocher les deux tableaux qui ornaient son bureau à la chancellerie. Dans le contexte de l’Amérique à l’heure d’un président controversé, le collectif For Freedoms (https://www.icp.org/exhibitions/for-freedoms-where-do-we-go-from-here
) revisite les affiches iconiques de Norman Rockwell publiées à l’issue du discours sur l’Etat de l’Union de Franklin D. Roosevelt en 1941. Ces supports permettent un travail très riche à partir de visuels complexes qui amènent à élaborer tout une réflexion sur la mémoire politique d’un pays.
Ces trois événements montrent à quel point les enjeux de mémoire restent prégnants aujourd’hui, voire trouvent une acuité nouvelle. Ils montrent aussi la diversité des formes et des supports de ces débats.
Le mardi 14 mai au lycée Saint-Sernin, des ateliers ont été proposés par les étudiants de classes préparatoires littéraires aux lycéens autour de ces enjeux. La discussion, en anglais ou en allemand, a pris des formes variées, montrant les enjeux mémoriaux qui sous-tendent des images liées au thème de la mémoire choisies par les étudiants et les professeurs”
Coord. A.-S. André et P. Pujo


photo_page.jpg

7 mai — Langues et culture de l’Antiquité
Journée d’études : Les dieux et les hommes dans l’Antiquité grecque et romaine
Coord. J.-L. Lévrier programme dieux & hommes

11h-12h :  Visite de l’exposition temporaire « Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop » (Laure Barthet, conservateur du patrimoine et directrice du musée Saint-Raymond,  Pascal Capus, chargé des collections de sculptures romaines et numismatiques, Loussia Da Tos, médiatrice culturelle au musée Saint-Raymond.
14h Jean-Claude Carrière, professeur émérite de langue et littérature grecques à l’Université Toulouse II – Jean Jaurès, « Héraclès de la Méditerranée à l’Océan ».
14h40 Pascal Capus, chargé des collections de sculptures romaines et numismatiques, « Les villae de l’Antiquité tardive : des refuges pour les dieux ? ».

15h40 René Cubaynes, agrégé de l’Université, docteur ès sciences, titulaire d’une thèse post-doctorale en histoire antique de l’École Pratique des Hautes Études, « ‘Deis gratias ago’, cultes et syncrétisme dans les légions romaines, l’exemple de la VIIIe légion Auguste ».
16h20 Jean-Marie Pailler, professeur émérite d’histoire ancienne et archéologie à l’Université Toulouse II – Jean Jaurès, « Saturnin, son martyre et son image dans l’Antiquité (IIIe – Ve siècle) ».


Dora-Maar.jpg

11 avril — Espagnol, Histoire des arts, Lettres Modernes
Lecture vagabonde — Autour de l’exposition Picasso et l’exil
par les élèves de classes préparatoires 
18h30 — Entrée Libre 
Coord. Carole Catifait, Nathalie Cournarie, Ludovic D’Agostin 
                                                                    logo_2014.png


11477.jpg


16 mars-2 juin — Histoire des arts

Médiation des étudiants à l’exposition de la Collection Motais de Narbonne, Fondation Bemberg
Coord. Nathalie Cournarie

IMG_0378.jpeg
IMG_0381.jpeg


12 mars — Anglais
Participation à une rencontre-table ronde à l’UT2J sur le Brexit


IMG_0889

21 Février — Histoire des arts
Vernissage de la Collection Motais de Narbonne, Fondation Bemberg
22 Février — Histoire des arts
Rencontre avec les collectionneurs et la commissaire d’exposition

Coord. Nathalie Cournarie


Unknown

31 Janvier — Lettres
Les conférences-rencontres des bibliothèques de l’université Toulouse Capitole
Lydi Salvayre, écrivain
Amphi Dauvillier : rencontre et séance de dédicaces
Coord. Carole Catifait et Marcel Marty (UT1)


expo_nadar_gd.jpg

24 janvier-29 janvier — Histoire des arts
Voyage d’études à Paris : « La photographie au XIXè siècle » — visites, rencontres et conférences : ENSB, Société française de photographie, Petit Palais, Exposition Nadar, Orsay, BHVP, Louvre et Centre Pompidou
Coord. Nathalie Cournarie


51yCdumW04L._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

25 janvier — Anglais
Dans le cadre d’un colloque sur la ville dans les récits de guerre, les étudiants de LSHC assistent à la conférence « The city is a foreign country », de l’écrivain américain Kewin Powers (auteur de)

Université Jean Jaurès, Maison de la Recherche
Coord. Marielle Soler

beate-serge-klarsfeld-memoires_1545386266283-jpg.jpeg

    24 janvier — Philosophie
    Participation des étudiants de philosophie à la rencontre-débat avec B. et  S. Klarsfeld
 Université Toulouse Capitole 1, 18h30, Amphi Cujas

    Coord. Laurent Cournarie


IMG_0864.JPG

22 janvier 2019 20h — Concert-Lecture « Les Tristesses d’Ovide »
Auditorium Saint-Pierre des Cuisines

avec la participation d’étudiants de CPGE

Coord. Jean-Luc Lévrier


image.png

10 janvier — Histoire des arts
Musée des Abattoirs, Présentation par les étudiants de l’exposition « Prix Mezzanine Sud » (Marie-Luce Nadal, Agathe Pitié, Mazaccio)

Coord. Nathalie Cournarie


IMG_0681     19 janvier 2019, 9h30-12h — Journée Portes Ouvertes
JournéePortesOuvertesSt-Sernin2019


18 Décembre — Histoire des arts

image.png

   Médiation des étudiants dans le cadre de l’exposition  David Claerbout au musée des Abattoirs
Coord. Nathalie Cournarie


Guillaume Sire (3).jpg


11 Décembre — Lettres

Les conférences-rencontres des bibliothèques de l’université Toulouse Capitole
Guillaume Sire, écrivain
Amphi Maury : rencontre et séance de dédicaces
Coord. C. Catifait et M. Marty


6 novembre, 14h et 7 novembre 11h — Espagnol

VIRIDIANA-logo-mobile
la-retirada-200x150

                                   

Spectacle Ligeros de equipaje. Crónica de la retirada par la compagnie Producciones Viridiana, suivi d’un échange avec les comédiens.
http://musee-resistance.haute-garonne.fr/fr/evenements-1/expositions-precedentes/la-retirada.html?search-keywords=retirada
Coord. E. Gil


product_9782070179763_195x320.jpg

6 novembre — Philosophie
Les optants de philosophie participent à la conférence-rencontre, organisée par l’Université Toulouse Capitole 1, avec l’historien François Dosse pour la sortie de son dernier ouvrage en 2 volumes La Saga des intellectuels français
Coord. L. Cournarie


Unknown

26 septembre 2018 — Allemand 
Dans le cadre de la Quinzaine franco-allemande (https://www.15francoallemandeoccitanie.fr) organisé par le GOETHE-INSTITUT et en coopération avec le Lycée St Sernin 
Goethe-Institut — 4 bis rue Clémence Isaure à Toulouse (31)
20 h.
Coord. : Catherine Doumerg, Pauline Pujo, Martine Reille

soirebiermann (1).jpg

« N’attends pas de jours meilleurs ! » Textes et chansons de Wolf Biermann

Caractérisé par un destin hors du commun et intimement lié à l’histoire allemande ‒fils de résistants communistes au nazisme puis poète et chansonnier dissident en RDA jusqu’en 1976 puis à l’Ouest ‒Wolf Biermann est aussi un auteur francophile, qui parsème ses textes de mots français, qui se sent cousin de Heinrich Heine et de François Villon, et s’inspire de la chanson française (Brassens, Boris Vian, entre autres). Après une conférence introductive, lectures d’extraits en allemand et en français présentés par les élèves du lycée Saint Sernin, alterneront avec l’interprétation de quelques unes de ses chansons.


logo-ct

17 septembre — Cinéma Audiovisuel  
Visite et présentation de la Cinémathèque de Toulouse
Coord. M.H. Meaux


8, 15, 22, 29 septembre — Histoire des arts                   logo-big

Médiation par des étudiantes et des étudiants de l’option du lycée Saint-Sernin dans le cadre de l’exposition Même pas peur à la Fondation Bemberg

Capture-d-ecran-2018-06-19-a-16.53.45.png

15h30-19h30
Fondation Bemberg 
Coord. Nathalie Cournarie


Ecole du Louvre



Résultats Concours d’entrée Ecole du Louvre (3ème année)

2021 : 9 admis sur 9 admissibles (3ème année) — et un total de 33 admis au plan national
+ 1 admis (1ère année)
2020 : Ecole du Louvre -Paris Nanterre-Musée Rodin : Licence 3 « Préparation aux concours de restaurateurs du patrimoine » : 1 admise et 1 admissible (Histoire des arts) / 1ère année : 1 admise (Histoire des arts)
2019 : 3 admis (+ 2 admissibles) / + 1 admis (test probatoire 1ère année)
2018 : 6 admis (sur 6 admissibles)


PRÉPARATION CONCOURS ECOLE DU LOUVRE
Histoire et théorie des arts- CPGE Lycée Saint-Sernin



CALENDRIER DES SÉANCES (sous réserve de modifications)
Intervenants :
M. Axel Hémery, directeur du musée des Augustins, conservateur des peintures
Monsieur Eric Vidal, guide-conférencier au musée des Abattoirs, chargé de cours à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès
Mme Nathalie Cournarie, professeur en CPGE, chargée de la spécialité d’Histoire et théorie des arts 

La participation des étudiants est libre, sur la base du volontariat, sans inscription préalable. L’accès aux séances est lui aussi laissé libre. Les étudiants assistent aux séances dans la limite des places disponibles (salle 329).

La préparation est orientée vers le concours d’entrée en 3ème année de 1er cycle (Bac+ 2, concours BEL : épreuve de reconnaissance d’œuvres anonymées dont une hors programme), et non pas en 1ère année (Bac+0 : présélection sur Parcoursup + écrit d’admission : maîtrise des repères spatio-temporels / description d’une œuvre d’art / composition d’histoire de l’art à l’aide d’un programme d’œuvres). 
Mais elle peut cependant être utile aux élèves qui souhaitent se réorienter vers la 1ère année de 1er cycle de l’EDL à la fin de l’hypokhâgne. 
Les élèves de CPGE dans la spécialité d’Histoire des arts peuvent enfin postuler à l’entrée en 2ème cycle de l’EDL sur dossier par équivalence, à l’issue des deux années de classes préparatoires.
Cette préparation peut aussi tenir lieu d’initiation à l’Histoire de l’art.

En savoir davantage sur les concours d’entrée à l’EDL :
. Entrée en 1ère année de 1er cycle : http://www.ecoledulouvre.fr/enseignements/etre-eleve/concours-entree
. Entrée en 3ème année de 1er cycle, concours BEL commun aux deux Écoles Normales Supérieures, réservé aux élèves inscrits dans la spécialité Arts – Histoire et théorie des arts : http://www.ecoledulouvre.fr/sites/default/files/pdf/ssdossier2/NoticeBel2020.pdf   sur cette page, consulter en particulier la bibliographie (attention, page non encore actualisée au 4/10/2020)
Bibliographie proposée par l’École pour la préparation de cette épreuve :
Dans la série Histoire de l’art, Paris, Flammarion, les volumes suivants :
M. Barrucand et C. Heck (sous la dir. de), Moyen Âge. Chrétienté et Islam, Paris, 1996.
C. Mignot et D. Rabreau, Temps modernes. XVe-XVIIIe siècles, Paris, 1996.
F. Hamon, et P. Dagen, Époque contemporaine. XIXe-XXe siècles, Paris, 1998. 

Site du musée du Louvre : https://www.louvre.fr/


Témoignages

Jeanne, Zoé, Aurélie (Ecole du Louvre)

La classe préparatoire, et la spécialité histoire des arts, nous ont permis, particulièrement grâce aux stages en musée, d’acquérir des capacités de réflexion, d’analyse et d’expression orale, décisives pour notre intégration à l’école du Louvre en troisième année de premier cycle (dans le cadre de la BEL). Un enseignement de qualité combiné à nos nombreux contacts avec les œuvres d’art des collections toulousaines nous ont bien préparés à l’approche de l’histoire de l’art développée à l’école du Louvre (fondée sur l’étude des œuvres en salle). Cette école offre également de nombreux projets extrascolaires, avant tout dans le domaine de la médiation (les élèves participent par exemple aux  nocturnes du musée du Louvre ) qui permettent de compléter son enseignement par une première expérience du milieu professionnel. 

Lucie (Essec et Ecole du Louvre)

La classe préparatoire AL est un tremplin vers les Ecoles de commerce qui peut sembler assez surprenant mais qui est tout à fait pertinent et intéressant à envisager. Si vous êtes curieux, ouverts et ambitieux il ne faut pas hésiter à candidater ! Le double diplôme entre l’ESSEC et l’École du Louvre me permet de profiter pleinement de l’enseignement théorique et passionnant de l’École du Louvre tout en bénéficiant des opportunités que m’offre l’École de commerce. Attention, si vous entrez à l’École du Louvre après le concours de la BEL (post prépa) vous ne pourrez pas accéder à cAe double diplôme.



Bibliographie
Nathalie Cournarie

Histoires générales de l’art 
Gombrich Ernst, Histoire de l’art, Londres, Phaidon, 2001
Mignot Claude et Rabreau Daniel (dir.) , Temps Modernes, XVème-XVIIIème siècles, Paris, Flammarion,  2005
Françoise Hamon et Philippe Dagen (dir.), Epoque contemporaine, XIXè-XXè siècles, Paris, Flammarion, 1998

Histoires de l’art spécialisées 
Barbillon Claire, Comment regarder la sculpture. Mille ans de sculpture occidentale, Paris, Hazan, 2017
Bertolino Georgina, Comment identifier les mouvements artistiques, Paris, Hazan, 2018-06-18
Laino Imma, Comment regarder la peinture, Paris, Hazan, 2017

Histoires de l’art par périodes
(à consulter en bibliothèque)
Cornette Joël et Mérot Alain (dir.), Le XVIIème siècle, Paris, Seuil, 1999
Delumeau Jean et Lightbown Ronald, sous la direction de Duby Georges et Laclotte Michel, La Renaissance, Paris, Seuil, 1996
Gaehtgens Thomas et Pomian Krysztof (dir.), Histoire artistique de l’Europe. Le XVIIIème siècle, Paris, Seuil, 1998
Allard Sébastien, L’art français, le XIXème siècle, collection « tout l’art », Flammarion

Histoire et théorie des arts 2022

Résultats Concours Ecole du Louvre (L 3) 2021
9 admis sur 9 admissibles

 
Nathalie Cournarie

2ème année

ENS Lyon Programme 2022

a) L’art et l’animal
b) La sculpture monumentale du XIXème siècle à nos jours



La bibliographie sera communiquée directement aux étudiantes et aux étudiants de l’option.


Nathalie Cournarie
1ère année

Bienvenue dans la classe d’Histoire et théorie des arts ! 

Il n’est nullement nécessaire, pour y entrer, d’avoir déjà suivi cet enseignement dans le secondaire. Mais c’est une raison supplémentaire pour lire durant l’été quelques-uns des ouvrages suivants. Et pour ceux qui ont déjà travaillé en ce domaine, il s’agit d’approfondir  et de préciser leur culture. 

Bibliographie

Stephen FARTHING (dir.), Tout sur l’art, Panorama des mouvements et des chefs d’œuvre, Flammarion, 2020.
Guitemie MALDONADO, Marie-Pauline Martin, Natacha PERNAC, Chronologie de l’histoire de l’art, Hatier, 2015.

On pourra également consulter les sites suivants : http://www.wga.hu (banque d’images). 
Ou encore les sites des musées, tous aisément accessibles.

Philosophie 2022

Contact : Laurent.Cournarie@ac-toulouse.fr

1ère année
(enseignement obligatoire, 4 h.)


Nathalie Cournarie
Jean-Jacques Delfour
Emmanuel Lacoue-Labarthe


Le programme de philosophie en première année comporte 5 domaines (https://prepasaintsernin.wordpress.com/2017/12/15/parcours-sciences-humaines-option-philosophie/) :

La métaphysique  
La politique, le droit  
La morale 
La science
L’art, la technique 
Les sciences humaines : homme, langage, société.   


Bibliographie commune Lisez une œuvre de votre choix.

Platon, Ion
Platon, Ménon
Aristote, Ethique à Nicomaque (livre I, ou II, ou VI)
Descartes, Méditations métaphysiques
Descartes, Lettre à Elisabeth du 21 juillet au 6 octobre 1645
Hobbes, Léviathan, chapitres 13 à 21
Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes
Rousseau, Du contrat social
Kant, Critique de la raison pure, Préface de la seconde édition
Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs
Kant, Critique de la faculté de juger (« Analytique du beau »)
Nietzsche, Généalogie de la morale
Bergson, L’Energie spirituelle (« La conscience et la vie » / « L’âme et le corps »).
Benjamin, L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique
Arendt, Condition de l’homme moderne
Chalmers, Qu’est-ce que la science ?


2ème année Cours commun
(enseignement obligatoire, 4 h.)

Jean-Paul Coujou
Laurent Cournarie
Emmanuel Lacoue-Labarthe


Programme 2022 : L’art, la technique

Une bibliographie plus complète et détaillée sera proposée en début d’année. Pour la rentrée :
1) relire son cours d’hypokhâgne sur « L’art, la technique »
2) et lire au choix 2 œuvres dans la liste suivante :

Platon, Ion [https://prepasaintsernin.files.wordpress.com/2017/09/platon-c592uvres-complc3a8tes-flammarion.pdf]
ou Aristote, La Poétique [https://prepasaintsernin.files.wordpress.com/2017/09/aristote-c592uvres-complc3a8tes-flammarion.pdf]

W. Benjamin, L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductiblité technique [https://prepasaintsernin.files.wordpress.com/2020/06/benjamin-oeuvre-art-reproductibilite-technique.pdf]
ou M. Heidegger, L’Origine de l’œuvre d’art, in Chemins qui ne mènent nulle part [https://prepasaintsernin.files.wordpress.com/2017/09/chemins-qui-ne-menent-nulle-part-martin-heidegger.pdf]

H. Bergson, La Pensée et le Mouvant, V (« La perception du changement », 1ère conférence) [CDI]
ou Bergson, Le Rire, (chapitre III, section I) [CDI]

E. Kant   Critique de la faculté de juger (§§ 43-54) [https://prepasaintsernin.files.wordpress.com/2017/09/kant-critique-faculte-juger-2015-gf.pdf]
ou G.W.F Hegel, Esthétique, textes choisis, PUF [CDI]

M. Merleau-Ponty, Le Langage indirect et les voies du silence, in Signes [CDI]
ou A. Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation, Livre III, §§ 36-52 [CDI]

M. Heidegger, La Question de la technique, in Essais et conférences [https://prepasaintsernin.files.wordpress.com/2020/06/heidegger-essais-et-confc3a9rences.pdf]
ou G. Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Introduction & Conclusion [CDI]

Deux extraits de cours sur le domaine : L’art, la technique



2ème année Option
(enseignement de spécialité, 6 h.)


Laurent Cournarie

Programme 2022

Notions :
Le principe
La personne

Auteurs :
– MONTAIGNE, Essais, II, 12, GF, 2009 : ISBN : 9782070423828
– NIETZSCHE, Le Gai savoir, livre 5, GF, 2007 : ISBN : 9782081207264

NB : La bibliographie du programme de spécialité sera directement adressée à chaque élève de l’option.

Littérature et option Lettres Modernes 2022

Equipe pédagogique:

Frédérique Bué
Carole Catifait
Muriel Fazeuille
Maryse Palévody
Muriel Rossetti


Frédérique Bué
Muriel Fazeuille
Carole Catifait


1ère année

Bibliographie 2021-2022

Bienvenue en hypokhâgne au lycée Saint-Sernin. Voici quelques conseils de lecture pour préparer votre rentrée.

Vous venez d’être admis en hypokhâgne : voici une première liste d’ouvrages dans laquelle puiseront vos professeurs d’hypokhâgne. En fonction de la classe dans laquelle vous serez affectés, vos professeurs vous demanderont de lire telle ou telle œuvre. Dès votre admission en hypokhâgne, vous recevrez une bibliographie spécifique.
Si vous êtes en classe de 1ère ou en de terminale et que vous cherchez à commencer à imprégner des lectures d’hypokhâgne, vous pouvez vous inspirer de la liste suivante :

1. Romans

Scarron, Le roman comique
Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves
Perrault, Contes
Diderot, Jacques le fataliste
Abbé Prévost, Manon Lescaut
Laclos, Les Liaisons dangereuses
Stendhal, Le Rouge et le noir
Balzac, Le père Goriot
Flaubert, Madame Bovary
Zola, L’assommoir
Proust, Un amour de Swann ( in Du côté de chez Swann)
Gide, Les Faux-monnayeurs
Cendras, L’homme foudroyé
Robbe-Grillet, La Jalousie
Simon, L’acacia

L’ensemble de ces romans servira de base pour les interrogations orales et les dissertations.

– Les interrogations orales du premier semestre porteront sur le roman. Il importe donc de ne pas découvrir au dernier moment le roman.
– La dissertation nécessitera un ancrage solide dans les romans au programme : effectuez le maximum de lectures avant la rentrée date car le mois de septembre sera très chargé dans toutes les matières.

Si ce programme romanesque ne rassasie pas vos désirs de lecture, vous pouvez vous plonger dans les ouvrages suivants qui seront abordés au cours de l’année scolaire. N’hésitez pas à prendre de l’avance et à satisfaire votre curiosité !

2. Théâtre

Corneille, L’illusion comique
Racine, Bérénice
Molière, Amphitryon
Musset, Fantasio
Beckett, En attendant Godot
Koltès, Dans la solitude des champs de coton
Genet, Le balcon

3. Poésie

Marot, L’adolescence clémentine
Du Bellay, Les Regrets
Hugo, Les Contemplations
Baudelaire, Le Spleen de Paris
Rimbaud, Les Illuminations
Corbière, Les amours jaunes
Apollinaire, Calligrammes
Ponge, Le parti pris des choses

Nous vous souhaitons bonne lecture et bonnes vacances
Frédérique Bué
Carole Catifait
Muriel Fazeuille

Pour avoir encore plus de titres à consulter, RDV sur http://saint-sernin.entmip.fr/ , rubrique Classes préparatoires AL/LSH, puis Bibliographies 1ère année hypokhâgne Lettres.


Nous vous soumettons de plus une liste totalement facultative dans laquelle vous pourrez puiser à volonté au cours de l’année scolaire.

Antiquité / Mythologies (nombreux recueils)

J.-P. Vernant, L’Univers, les dieux, les hommes
Vème av. J.-C. : Sophocle, Œdipe-Roi /Antigone

XIIème (en version modernisée): Roman de Tristan dit Tristan et Iseut
Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette

XVIème : Rabelais, Gargantua
Montaigne, Essais (De l’éducation des enfants, Des coches, De l’expérience, Du repentir)
Ronsard, Les Amours

XVIIème : Corneille, Cinna /L’Illusion comique

Molière : Le Misanthrope /Tartuffe
Racine, Bérénice
Pascal, Pensées

XVIIIème : Montesquieu, Lettres Persanes

Voltaire, Candide
Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard
Prévost, Manon Lescaut
Diderot, Jacques le fataliste et son maître
Rousseau, La Nouvelle Héloïse
Beaumarchais, Le Barbier de Séville /Le Mariage de Figaro

XIXème : Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe

Lamartine, Méditations poétiques
Hugo, Les Contemplations
Musset, Lorenzaccio /Les Caprices de Marianne
Stendhal, La Chartreuse de Parme
Balzac, La Peau de chagrin/ Le Chef-d’œuvre inconnu
Flaubert, L’Education sentimentale
Zola, Germinal /La Curée

Œuvres de Gautier /Hérédia /Leconte de Lisle
Nerval, Les Chimères /Sylvie /Aurélia
Baudelaire, Les Fleurs du mal

Œuvres de Verlaine /Rimbaud /Mallarmé

XXème : Apollinaire, Alcools /Calligrammes
Proust, A la recherche du temps perdu
Valéry, Charmes

Œuvres de Breton /Aragon /Eluard /Desnos
Claudel, Partage de Midi, L’Echange
Colette, La Naissance du jour

Céline, Voyage au bout de la nuit
Giono, Un Roi sans divertissement
Malraux, La Condition humaine
Sartre, La Nausée /Huis clos
Camus, L’Etranger /La Chute
Œuvres de Sarraute /Robbe-Grillet /Simon
Butor, La Modification /L’Emploi du temps
Duras, Le Ravissement de Lol V. Stein/ Moderato cantabile
Perec, W ou le souvenir d’enfance
Yourcenar, Mémoires d’Hadrien /L’Oeuvre au noir
Genet, Les Bonnes
Ionesco, La Cantatrice chauve
Char, Fureur et mystère
Michon, Vies minuscules
Quignard, Le nom sur le bout de la langue
Œuvres de Saint-John Perse /Michaux /Ponge /Jaccottet /Bonnefoy

Textes critiques

Gérard Genette, Figures II
Jean-Paul Sartre, Qu’est-ce que la littérature ?
Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture
Jean-Pierre Richard, Poésie et profondeur
Gaston Bachelard, L’eau et les rêves

La critique littéraire

Jean-Yves Tadié, La critique littéraire au XX° siècle

La collection Lettres 128 (Nathan Université) permet des révisions rapides et précises. Voici quelques titres utiles :

A. Sancier-Château, Introduction à la langue du XVIIème siècle (Vocabulaire et syntaxe)
G. Forestier, Introduction à l’analyse des textes classiques
C. Fromilhague, Les figures de style
J.-Ph. Miraux, Le personnage de roman
M. Aquien, La versification appliquée aux textes

Dictionnaires

M. Aquien et G. Molinié, Dictionnaire de rhétorique et de poétique
Maingueneau, Les termes clés de l’analyse du discours (Seuil Mémo)
Brunel et alii, Dictionnaire des mythes littéraires (Rocher)
Chevalier et Gheerbrant, Dictionnaire des symboles (Bouquins)
Gérard, Dictionnaire de la Bible (Bouquins)
Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires (10/18)
P. Aron, D. Saint-Jacques, A. Viala, Le dictionnaire du littéraire (PUF

Sur l’explication de texte à l’oral

S. Roze, L’explication de texte à l’oral (A. Colin, Synthèses)
E. Ravoux-Rallo et S. Guichard, L’explication de texte à l’oral des concours (A. Colin, Lettres U)


2ème année : Programme de Lettres, cours commun : Conseils de lecture 2022

Maryse Palévody
Muriel Rossetti


Sur le blog PrépaSaint-Sernin, vous trouverez aussi des liens audio et vidéo pour faire connaissance avec les auteurs ou les œuvres ; une bibliographie complémentaire, exclusivement consacrée aux ressources en ligne est consultable sur le blog Les chroniques de Marcel

AXES ET ŒUVRES AU PROGRAMME :
1. AXES
La prose
Littérature et morale
L’œuvre littéraire, ses propriétés, sa valeur 
2. ŒUVRES : 
Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, éd. P. Sellier, Livre de poche, Classiques, n°374, 1999, ISBN : 9782253006725
Denis Diderot, Le Fils naturel, éd. J. Goldzink, GF, n°1177, Flammarion, 2005, ISBN : 9782080711779
Honoré de Balzac, Illusions perdues, éd. P. Berthier, Le Livre de Poche, Classiques, n°21017, 2006, ISBN : 9782253085706
Francis Ponge, Le Parti pris des choses, éd. E. Frémond, Folioplus classiques, n°170, Gallimard, 2009, ISBN : 9782070389933.

Il est indispensable d’acquérir les œuvres dans l’édition de référence, c’est-à-dire celle indiquée ci-dessus. 

Comment se préparer pendant l’été ?

Il faut d’abord lire toutes les œuvres au programme, c’est le plus urgent. N’hésitez pas à annoter l’ouvrage pour vous constituer une série de repères. Vous pouvez ensuite choisir dans la liste qui suit un ou plusieurs articles et/ou ouvrages critiques, sur le thème et/ ou sur les œuvres.

A/ LECTURES EN RAPPORT AVEC LES AXES

L’ŒUVRE LITTÉRAIRE, SES PROPRIÉTÉS, SA VALEUR

Jacqueline Vaissevière et Nadine Toursel, Littérature : 150 textes théoriques et critiques, Armand Colin, coll. « Cursus », 2011 (tous les thèmes au programme sont abordés dans ce manuel)

Emmanuelle Fraisse, Bernard Mouralis, Questions générales de littérature, Seuil, coll. « Points », 2001, en particulier le chapitre 2 « Les œuvres complètes : l’œuvre et ses limites »

Antoine Compagnon, Le Démon de la théorie, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1998, en particulier 1 « La littérature », 5 « Le style » ; 7 « La valeur »

Michel Foucault, « Qu’est-ce que la littérature ? » : Foucault, littérature et langage

LA PROSE

Vaste sujet qui donnera lieu à une investigation en classe. On peut commencer par la (re)lecture de quelques textes fameux : 

Gustave Lanson, L’Art de la prose, Lanson, l’art de la prose, 1er chapitre
Sartre, « Qu’est-ce qu’écrire ? » in Qu’est-ce que la littérature ? folio essais, 1948
Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture, « Y a-t-il une écriture poétique ? », Seuil, coll. « Points », 1963
Gérard Genette, Figures II, « Langage poétique, poétique du langage », Seuil, coll. « Points », 1969

LITTÉRATURE ET MORALE

Jacqueline Vassevière, Nadine Tourvel, 150 textes théoriques et critiques, Colin, 2015, en particulier le chapitre « Littérature et morale » 
Quelques maximes, portraits et/ou fables à choisir chez les moralistes du XVIIème
Une œuvre moralement transgressive (conte, roman, pièce de théâtre) par exemple : 

Sade, Les Infortunes de la vertu
Un roman de Céline 
Jean Genet, théâtre, ou Notre-Dame-des-Fleurs, Journal du voleur
Pierre Guyotat, Eden, éden, éden
Gisèle Sapiro, La responsabilité de l’écrivain : littérature, droit et morale en France : XIXème-XXIème siècle, Seuil, 2011 (à consulter en bibliothèque)
Georges Bataille, la littérature et le mal, Folio, 1957 (lire un chapitre de votre choix, sur Emily Brontë, Baudelaire, Kafka…)
Dominique Rabaté, « Morales du solitaire » : Morales du solitaire

B/ LECTURES EN RAPPORT AVEC LES ŒUVRES

MADAME DE LAFAYETTE, LA PRINCESSE DE CLÈVES

Pour se familiariser avec l’atmosphère intellectuelle et littéraire du temps et mesurer quelles influences l’auteure a pu subir, on lira avec profit quelques pages de :
Pascal, Pensées, notamment celles regroupées par L. Brunschvigg sous les titres « Pensées sur l’esprit et sur le style », et « Misère de l’homme sans Dieu »
La Rochefoucauld, Maximes
Une pièce de Racine, par exemple, Andromaque, Bérénice ou Phèdre
Une pièce de Corneille, par exemple Le Cid ou Cinna
Mademoiselle de Scudéry, Clélie, une histoire romaine (folio Gallimard, édition de Delphine Denis)

La critique sur ce roman est pléthorique, voici une sélection de quelques titres, dont aucun n’est obligatoire, à l’exception de l’article de Gérard Genette que la plupart d’entre vous connaissent.

Gérard Genette, « Vraisemblance et motivation », Figures II, 1968 (disponible en ligne à partir du portail Persée)
Henriette Levillain, La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette, Gallimard Foliothèque n°46, 1995
Jean-Michel Delacomptée, Passions La Princesse de Clèves, arléa 2012

DIDEROT, LE FILS NATUREL
Outre la présentation faite par Jean Goldzink dans votre édition, et éventuellement un autre drame de Diderot présent dans le même ouvrage, il serait bon de lire quelques pages de :
Diderot, Entretiens sur le fils naturelOn peut se limiter au préambule et aux deux premiers entretiens.
Rousseau, Lettre à d’Alembert sur les spectacles : Rousseau, lettre à d’Alembert
G. Goubier-Robert et E. Bordas, Autour du fils naturel et du rêve de d’Alembert, Atlande

BALZAC, ILLUSIONS PERDUES
Lire l’œuvre et faire quelques repérages (intrigues, lieux, personnages principaux) vous occupera déjà un certain temps. Vous avez déjà en principe quelques lumières sur Balzac et le réalisme, et il serait bon de relire au moins quelques extraits de l’Avant-propos de la Comédie humaine.
Balzac, Avant-propos de la Comédie humaine
José-Luis Diaz commente Illusions perdues, foliothèque, 2001 (épuisé, à consulter en bibliothèque)
Pour comparer la prose de Balzac à d’autres auteurs de son temps, on peut consulter
Proust, Pastiches et mélanges, notamment. « Dans un roman de Balzac » et  » ‘L’affaire Lemoine’, par Gustave Flaubert » : Pastiches et Mélanges – Wikisource
FRANCIS PONGE, LE PARTI PRIS DES CHOSES
Là encore, il faut surtout lire l’œuvre, en n’hésitant pas à ouvrir son dictionnaire pour repérer les sens premiers de certains mots. Ensuite, et pour se rafraîchir la mémoire au sujet des notions d’objeu et d’objoie, on peut lire par exemple :
Entretiens de Francis Ponge avec Philippe Sollers, Seuils, coll. « Points », 1970
Jean-Charles Gateau commente Le Parti pris des choses suivi de Proêmes, Foliothèque, 1997

Bonnes lectures et bonnes vacances, L’équipe de lettres cours commun


2ème année
Lettres Modernes Option 2022



Carole Catifait
carole.catifait@gmail.com


Programme de travail de l’été 2021. Spécialité Lettres Modernes.
Lectures : le programme d’oral. « Lettres d’amour ».

Ovide, Lettres d’amour. Les Héroïdes, trad. du latin par Théophile Baudement, éd. De Jean-Pierre Néraudeau, Paris, Gallimard, « Folio classique » n° 3281, 1999, ISBN : 9782070401536.
Christine de Pizan, Cent ballades d’amant et de dame, éd. et traduction de l’ancien français par Jacqueline Cerquiglini-Toulet, éd. bilingue, Paris, Gallimard, « Poésies/Gallimard » n° 540, 2019, ISBN : 9782072791406.

Je vous conseille de podcaster les émissions de France Culture :

« Christine de Pizan, plume savante », La Compagnie des poètes par Manou Farine, 25/01/2019. Avec Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeure émérite à l’Université Paris-Sorbonne.
« Ces femmes qui écrivent », La Compagnie des auteurs par Matthieu Garrigou-Lagrange. 31/01/2019.

Et de lire l’article en ligne sur Cairn : « Promenade en féminie : Christine de Pizan, un imaginaire au féminin », Thérèse Moreau. https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions- feministes-2003-2-page-14.htm
Ainsi que l’article de Nathalie Koble, sur en-attendant-nadeau.fr : « L’amour courtois ou l’union sous contrainte », 24/09/2019.

On peut consulter l’exposition virtuelle : https://gallica.bnf.fr/html/EN/manuscrits/christine-de- pisan,ainsi que celle sur l’art d’aimer au Moyen Âge (toujours sur le site de la BNF) : http:// expositions.bnf.fr/aimer/

Fiches : la préparation du commentaire hors programme de l’écrit. 1) Histoire littéraire :

La littérature française, I et II, sous la direction de Jean-Yves Tadié, « Folio Essais ». Les cubes vont vous expliquer…et vont continuer leurs fiches, avec un peu d’avance sur les carrés.

2) Grammaire :

Le Grévisse de l’étudiant, grammaire graduelle du français, (Deboeck, supérieur) Cécile Narjoux. Oui ça a l’air colossal, mais l’index est bien fait et commencez par combler vos manques ou approximations. Une grammaire qui va vous faire aimer la grammaire.

3) Manuels techniques :

Figures de style, rhétorique, etc. Gardez celui de l’hypokhâgne ou du lycée. Sinon :
Dictionnaire des termes littéraires, Van Gorp et alii, « Champion classiques », Références et Dictionnaires.
Précis de versification, Brigitte Buffard-Moret.

Bel été à toutes et à tous, CC.

Federico Garcia Lorca, Yerma (1934)

Federico Garcia Lorca, Yerma (1934)

Maryline Lacouture

Les articles publiés sur prepasaintSernin sont protégés par droit d’auteur. Vous pouvez citer librement cet article en en mentionnant l’auteur et la provenance.

Article intégral PDF 554 ko Lorca Yerma Lacouture


Yerma : la evolución del personaje a la largo de la obra

Si nos atenemos a lo que dijo el propio Lorca, Yermano tiene argumento. Yermaes un carácter que se va desarrollando en el transcurso de los seis cuadros de que consta la obra. El desarrollo del carácter de la protagonista está internamente conectado pues con el tiempo dramático. Pero el tiempo no fluye de manera regular en toda la obra : pasa 1 año entre el primer cuadro y el segundo del primer acto y 2 más entre éste y el segundo cuadro del segundo acto. Luego ya no se menciona explícitamente el paso del tiempo, el espectador comprende que la evolución de Yerma ya ha alcanzado una especie de punto de no retorno que se consuma en la totalidad del tercer acto.

  1. La angustiosa y temblorosa espera y la historia de un desencuentro: acto primero
  • Yerma lleva 24 meses de casada y, como ya hemos visto, la primera escena de la obra da a ver todos los elementos de la tragedia: la presencia de la pareja protagonista # antagonista, el conflicto entre el deseo y la realidad que es la raíz de la tragedia, el rechazo del destino por parte de Yerma, el drama de la incomunicación que explica la « esterilidad » de las relaciones entre marido y mujer
  • Domina el tema de la espera angustiada del hijo evidenciada desde el principio en la canción de cuna de Yerma al final de la primerísima escena : ¿Cuándo, mi niño, vas a venir ?(p.45). Lo que anhela el personaje es la fusión total con el hijoque pasa por el dolor del parto (Te diré, niño mío, que sí,/tronchada y rota soy para ti./¡Cómo me duele esta cintura/donde tendrás primera cuna !, p.45) o el sufrimiento producido por la lactancia (Yo he visto a mi hermana dar de mamar a su niño con el pecho lleno de grietas y le producía un gran dolor, pero era un dolor fresco, bueno, necesario para la salud, p.50). Esta espera de la osmosis sensual con el hijo pasa por un adverbio en la acotación final de la escena con María (Yerma le coge amorosamenteel vientre en las manos, p.50).
  • Premonición de la « maldad » por venir o sea de la evolución del personaje : Si sigo así, acabaré volviéndome mala(p.49) y Cada mujer tiene sangre para cuatro o cinco hijos y cuando no los tienen se les vuelve veneno, como me va a pasar a mí(p.50), le dice a María àel futuro (acabaréyme va a pasar) y la noción de transformación radical (volverse una persona o volvérsele a una persona) anuncian e insisten en la evolución de Yerma.
  • En el cuadro segundo del primer acto, Yerma lleva 3 años de casada pero sigue esperando (escena con la vieja : la vieja dice ¡Ya tendrás [hijos] !y Yerma contesta con ansia ¿Usted lo cree ?, p.53). Quiere comprender por qué no es capaz de tener hijos (¿Por qué estoy yo seca ?, p.54), pero se  nota que las preguntas conllevan todavía una nota de esperanza. Se precisa lo que la primera escena con Juan así como la escena final del cuadro precedente con Víctor  ya habían dejado suponer: Yerma no desea a su marido, no es atraída por él y sí podría serlo por Víctor (p.55-56 : Mi marido es otra cosa…el primer día que me puse de novia con él ya pensé…en los hijos). A pesar de su sensualidad potencial reconocida por la vieja (¡Ay, qué flor abierta !, p.57) y que podría desarrollarse y encarnarse si ella quisiera a un hombre, Yerma está llenándose de odio (p.56). Se van precisando la idea de un desencuentro amorosoy la noción de causalidad : Yerma no tiene hijos porque el deseo no es el motor de su relación con Juan àYerma va adquiriendo pues el estatuto de personaje trágicoen la medida en que empieza a percibirse la hybris(arrogancia irracional del héroe que persevera en su acción), uno de los elementos de la tragedia antigua : Yerma continúa y continuará pensando que una se entrega al marido para tener hijos que resulta ser el único objetivo por alcanzar (Yo me entregué a mi marido por él [por el hijo], y me sigo entregando para ver si llega, pero nunca por divertirme, p.56). La escena con las muchachas bien muestra el contraste entre Yerma y la muchacha segunda : el afán de libertad de la jovencita y su rechazo de la maternidad son el contrapunto perfecto de la angustiada espera de Yerma.
  • Por fin este acto hace hincapié en el deseo frustradocomo causa de la esterilidad : la canción de Víctor, a la cual contesta Yerma cantando también, indica a las claras que no se ha realizado el encuentro posiblemente fructuoso entre dos cuerpos mutuamente atraídos (¿Por qué duermes solo, pastor ?, p.61), de ahí la sensación de soledad y frío (esta isotopía se plasma en las imágenes : oscura piedra, invierno, agujas, hierbas amargas, espina). Todo indica metafóricamente que el deseo reprimido ahoga y mata, lo cual explica la ausencia del hijo (¿qué niño te está matando ?, p.61) . Yerma no ve claramente que Víctor encarna la fecundidad posible (Y qué voz tan pujante. Parece un chorro de agua que te llena toda la boca, le dice a Víctor, p.62) si bien percibe que su marido tiene un carácter seco(p.62). Víctor bien aparece como laocasión perdida, la posibilidad fecundadora inalcanzable (cuando Yerma está a su lado oye la voz de un niño pequeño que llora como ahogado, p.63, metáfora clara de la maternidad imposible). Así que al final del acto, por no poder realizarse el encuentro con un hombre amado, Yerma dice claramente que está perdiendo su femineidad(Ojalá fuera yo una mujer, p.65) y al decirle a su marido ¡Me dormiré !–casi al gritárselo-, en realidad se encierra en su suerte de mujer frustrada, cerrando definitivamente la puerta ante otro destino.

Article intégral PDF 554 ko  Lorca Yerma Lacouture  

                    

Mario Benedetti, Primavera con una esquina rota

Mario BENEDETTI, Primavera con una esquina rota (1982)

Maryline Lacouture

Les articles publiés sur prepasaintSernin sont protégés par droit d’auteur. Vous pouvez citer librement cet article en en mentionnant l’auteur et la provenance.

Texte intégral 246 ko Benedetti Lacouture prepasaintSernin


Plano :

  1. El título
  2. El paratexto: la dedicatoria, los epígrafes
  3. La estructura de la novela: una novela polifónica, la organización de los capítulos, un sistema de ecos y resonancias, un ritmo binario constante.
  4. La multiplicidad de los puntos de vista: narradores y narratarios

Mario Benedetti ha dicho en alguna ocasión : Cuando parece que la vida imita al arte, es porque el arte ha logrado anunciar la vida (Poemas de otros, 1975). Así que parece válido partir de la idea de que la obra de Benedetti –novelas, poemas y cuentos- es inseparable del entorno del artista, del contexto en que le ha tocado en suerte vivir. Novela de una sociedad escindida, fracturada por el autoritarismo y la represión, Primavera con una esquina rota evidencia la profunda conmoción provocada por los acontecimientos políticos en el Uruguay de los 70.

A partir de los personajes de una misma familia o de su entorno próximo, la novela pone énfasis en la influencia que tuvo el contexto político en las relaciones humanas. Pero en medio de la ficción se inmiscuye el propio autor Mario Benedetti que propone su propia experiencia del exilio a partir de algunos recuerdos.

  1. El título:

-Título metafórico y dual : la primavera remite a la esperanza y renacimiento a una nueva vida tras el « invierno » de la cárcel y la represión, pero se trata de una primavera mutilada o truncada (con una esquina rota) ya que los personajes salen diferentes y más o menos heridos de esta experiencia. Se impone pues desde el título la idea de renacimiento inseparable (con) de la idea de pérdida o mutilación.

-La explicación del título se hace más clara al final de la novela : en « Don Rafael (Quitar los escombros) », Rafael, el padre de Santiago, recuerda que, cuando murió su mujer en 1958, estaba sonando por casualidad en la radio la Primavera  de Vivaldi. Le encantaban Las Cuatro Estaciones y ella había dicho alguna vez qué bueno sería morir escuchando alguna de las Cuatro Estaciones de Vivaldi. Y Rafael explica : Santiago lo supo y quizá por eso esa palabra, primavera, ha quedado ligada para siempre a su vida. Es como un termómetro, su patrón, su norma. Aunque no lo mencione sino rarísimas veces, sé que para él los aconteceres del mundo en general y de su mundo en particular se dividen en primaverales, poco primaverales y nada primaverales

La primavera que se anuncia con la liberación de Santiago vuelve a aparecer en el capítulo « Extramuros (Fasten seat belt) » cuando el personaje recién liberado está cavilando en el avión y se dice a sí mismo : después de estos cinco años de invierno nadie me va a robar la primavera

la primavera es como un espejo roto pero el mío tiene una esquina rota/era inevitable no iba a conservarse enterito después de este quinquenio más bien nutrido/pero aun con una esquina rota el espejo sirve la primavera sirve  (el subrayado es mío).

Texte intégral 246 ko Benedetti Lacouture prepasaintSernin