Approches des sciences humaines 2023


Equipe pédagogique :
Jean-Paul Coujou
Jean-Jacques Delfour
Muriel Rossetti



Le programme d’ASH se renouvelant désormais par moitié tous les ans, voici les 4 œuvres sur lesquelles nous travaillerons cette année. 
Pour le protocole de l’épreuve, je vous renvoie à la page de présentation de l’épreuve sur le site prepasernin : Présentation de l’épreuve d’ASH


Becker, Les Mondes de l’art, champs flammarion, 2010, 384 pages
Présentation de l’éditeur : Howard S. Becker analyse la production de toute œuvre d’art comme une action collective. L’artiste est au centre d’une chaîne de coopération liant tous ceux qui, à des titres divers, concourent à l’existence de l’œuvre. Il se réfère à des créateurs du passé ou de son temps ; il mobilise des fabricants de matériels, des collaborateurs, des intermédiaires diffusant l’œuvre, des critiques, des théoriciens, des fonctionnaires pour soutenir ou censurer l’activité créatrice, des publics. Tous agissent sur la base de conventions communes qui s’incarnent dans des savoirs, des techniques, des habitudes de travail et des catégories de perception. L’œuvre apparaît ainsi dans le mouvement de sa genèse matérielle et cognitive : elle est empreinte des multiples décisions et interprétations qui font du «monde de l’art» tout entier son «auteur».
— Pour faire connaissance avec l’auteur, on peut écouter l’émission à voix nue qui lui est consacrée : A voix nue : Howard Becker



Antoine Berman, L’Épreuve de l’étranger, « tel » Gallimard, 1995, 322
Présentation de l’éditeur : « Nous sentons, écrivait Schleiermacher en 1828, que notre langue ne peut vraiment développer sa pleine force que par les contacts les plus multiples avec l’étranger. » De Herder à Hölderlin en passant par Novalis, Goethe, Humboldt et les frères Schlegel, l’acte de traduire occupe en effet une place centrale dans le champ culturel et littéraire allemand. Jamais la traduction, dans l’histoire de l’Occident, n’a été méditée de façon aussi riche et aussi vivante.C’est, pour le lecteur français, tout un domaine inconnu qui est ici dévoilé, exploré, analysé. Et, au-delà du problème spécifique de la traduction, c’est toute une série de questions fondamentales qui surgissent, questions que retrouve notre modernité : le rapport du « propre » et du « natal » à l’étranger, l’essence de l’œuvre, la nature de la langue. Cet essai, remarquablement conduit, à la fois érudit et clair, ouvre la voie à une nouvelle discipline (faudrait-il l’appeler traductologie ?) qui ferait enfin entrer la traduction dans le champ de l’histoire, du savoir et de la réflexion.
— Pour faire connaissance avec l’œuvre, on peut lire la recension qui en est faite dans la revue numérique « Érudit » : l’épreuve de l’étranger : compte rendu de l’ouvrage

Ch. Jouhaud, D. Ribard, N. Shapira, Histoire littérature témoignage. écrire les malheurs du temps, folio histoire, 2009, 405 pages
Présentation de l’éditeur : Les malheurs du temps – la guerre, la famine ou la peste – nous sont connus grâce à des témoignages. Grandes plumes nobles, littérateurs ou gens sans qualité, ces écrits divers sont autant de sources pour les récits et les analyses des historiens. Leur usage pose pourtant problème. Dès le XVIIe siècle, en effet, inscrire un témoignage sur le papier faisait participer à une culture écrite orientée par la circulation de débats, de normes et de discours constitutifs de ce qui commençait à devenir la littérature. Ce livre raconte les  » malheurs du temps  » à partir de documents, récits de peste, lettres d’administrateurs, journaux, sermons, poèmes. Chemin faisant, il étudie la mise en écriture des expériences vécues et l’utilisation des textes littéraires par les historiens. Les auteurs rouvrent ainsi de nombreux dossiers historiographiques : par exemple celui des  » Mémoires du XVIIIe siècle « , artificiellement érigés par l’histoire littéraire en conservatoire de l’identité et des valeurs nobiliaires ; celui de la terrible famine de 1662 ; celui des écrits paysans mis au service de l’histoire du siècle des Lumières ; et bien évidemment celui de la composante émotionnelle des anciennes mises en récit du malheur, qui n’est pas sans effet sur notre propre émotion face à ces témoignages écrits.
— Pour un premier contact avec l’ouvrage, on peut lire la recension qu’en fait Thibaud Lafranchi sur le site Fabula :  Les lieux de l’histoire : histoire, sources et témoignages



Florence Dupont, Les Monstres de Sénèque, Belin, 2011, 320 pages
Présentation de l’éditeur : Le succès que rencontrent aujourd’hui les mises en scène du théâtre de Sénèque dément une tradition académique qui n’y voyait qu’un exercice littéraire, injouable. La lecture nouvelle de Sénèque que propose Florence Dupont est une redécouverte de formes oubliées d’exploitation du corps et de la voix, une invitation, pour les gens de théâtre d’aujourd’hui, à inventer, à partir de cette théâtralité perdue et retrouvée, des formes contemporaines d’expression.
— On peut lire en ligne un article intéressant qui fait le point sur une possible définition de ce qu’on appelle « une tragédie romaine » : Maxime Pierre : Qu’est-ce qu’une tragédie romaine ?
— Il est recommandé de connaître au moins une, voire deux tragédies de Sénèque, notamment Médée et/ou Thyeste.

Histoire-Géographie (LSH) : enseignement et option


Equipe pédagogique :

Histoire

Olivier Loubes
Marie Perny
Philippe Ruiz

Géographie :

Vincent Doumerc
Martine Séguy




Histoire

1ère année











Objectifs généraux :

Comme pour toutes les disciplines, l’enseignement de l’histoire en Lettres Supérieures se fait dans le double objectif de découvrir la matière selon une approche scientifique et de construire une culture générale historique solide. A travers plusieurs thèmes, vous découvrirez que l’histoire est une discipline en construction permanente, qui aiguise l’esprit critique, favorise l’ouverture d’esprit et nourrit le plaisir d’apprendre et de comprendre.Les deux exercices majeurs de la discipline sont au cœur des objectifs méthodologiques de l’année : la dissertation historique (pour tous) et le commentaire de documents (pour ceux qui se spécialiseraient en histoire). Un entraînement régulier aux oraux se fait dans le cadre des interrogations orales individuelles (ou « colles »/ « khôles »/ « khôlles ») – trois dans l’année. 
Cinq heures de cours hebdomadaires sont réservées à l’enseignement de l’histoire.
Le programme est déterminé par le professeur. Au Lycée Saint-Sernin, chaque classe d’hypokhâgne a un professeur d’histoire différent, qui construit l’architecture de l’année selon ses choix.
Trois des quatre périodes historiques sont traitées : histoire ancienne (Antiquité), histoire médiévale, histoire moderne (XVIe-XVIIIe siècles) et histoire contemporaine (XIXe-XXIe siècles). Les questions choisies permettent d’aborder différents champs de la discipline, notamment l’histoire politique, sociale, économique, religieuse, culturelle, sur des espaces géographiques variés. Chaque thème traité est accompagné d’une bibliographie avec un ouvrage de référence à lire et de lectures conseillées.

Programmes et horaires :

Pour la rubrique « Bibliographie » des premières années : compte-tenu des particularités de l’enseignement de l’Histoire en 1e année et de la diversité de ce qu’y est fait entre les trois classes, nous ne proposons pas de bibliographie générique. En revanche, pour cet été 2020, nous demandons à nos futurs élèves de réaliser un travail précis d’ici la rentrée . Ce travail comporte un socle commun aux trois classes mais aussi un angle spécifique aux choix de chacun de nous trois. L’achèvement de la constitution des classes étant imminent, les élèves en recevront détails et consigne dans un fichier envoyé par classe. 
En revanche, nous pouvons faire figurer ce qui suit sur le blog :

Pour cet été 2020 :

Vous allez recevoir par mail un fichier regroupant quelques consignes de travail estival à faire pour la rentrée dans plusieurs matières. En Histoire, ce travail vous conduira à réfléchir sur ce qu’est un événement historique. Vous trouverez des consignes précises et des documents d’appuis dans ce fichier. Ce travail devra être fait pour la rentré : il servira de base aux premières séances de cours. 
Par ailleurs, nous vous conseillons d’inscrire les lectures que vous ferez pour le cours de Littérature dans leurs contextes historiques d’écriture pour comprendre l’histoire littéraire et clarifier de la même façon vos repères en histoire.
Vous pouvez également tenter d’établir une chronologie générale – mais raisonnable – des périodes historiques depuis l’Antiquité, en identifiant les repères fondamentaux que vous avez pu étudier depuis la classe de seconde.
Les vacances se prêtent à la lecture de bons magazines: le mensuel  L’Histoire propose des articles et des dossiers thématiques stimulants selon une approche synthétique et scientifique.
L’écoute de La Fabrique de l’Histoire sur France Culture par ses nombreux podcasts disponibles vous serait également des plus profitables, là encore en suivant vos inclinaisons : http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire

Philosophie (LSH) : enseignements de tronc commun et de spécialité

Après trois années au lycée Saint-Sernin en spécialité philosophie, j’ai intégré sur concours le Master en science politique mention théorie politique de Sciences Po Paris et m’engage aujourd’hui dans les affaires européennes. 
Les outils conceptuels que j’ai acquis en classes préparatoires littéraires par la fréquentation des textes, l’exercice de la dissertation et la rigueur qui était de mise me servent encore aujourd’hui. La méthode de lecture et d’interprétation des textes de se confronter aux textes exigeants, et ce en dehors même du canon philosophique. De plus, le caractère transversal de la philosophie donne une résonance particulière à ces concepts et à ces auteurs tout au long du parcours universitaire. La spécialisation en philosophie ouvre donc à d’autres disciplines : elle permet d’aborder les sciences juridiques ainsi que les sciences sociales et humaines

(Erwan B, SciencesPo, Affaires Européennes, 2021)


CONTACT PHILOSOPHIE

Voir aussi :

Philosophie Cours
Philosophie Ressources numériques
Philosophie Bibliographies

et du côté des étudiants

A quoi sert l’histoire de la philosophie ?
ABCdaire d’éthique et de philosophie morale
Marcel Gauchet Religion Politique Education

et les articles : voir Tribunes des étudiant.e.s : https://prepasaintsernin.wordpress.com/tribune-des-etudiants-2/


La philosophie en LSH
de la philosophie générale

Tous les étudiants et toutes les étudiantes reçoivent, aussi bien en 1ère année qu’en 2ème année, un enseignement de philosophie de 4 heures hebdomadaires (enseignement de Tronc commun).
En 1ère année, cet enseignement est défini par un programme de 5 domaines :


La métaphysique 
La politique, le droit 
La morale 
La science
L’art, la technique
Les sciences humaines : homme, langage, société.   

En 2ème année, l’enseignement porte sur un des 5 domaines, choisi par les ENS comme programme.


L’option (spécialité) philosophie
en khâgne

L’option philosophie (spécialité) est proposée en 2ème année. Les étudiantes et les étudiants qui choisissent l’option philosophie suivent, en plus des 4 heures de tronc commun, un enseignement de spécialité de 6 heures hebdomadaires. Le programme est constitué par l’étude approfondie de deux notions (pour l’épreuve d’admissibilité) et de deux œuvres (pour l’épreuve d’admission). Ce programme, imposé par l’ENS de Lyon, change chaque année (voir ci-dessous ARCHIVES ).

Compétences et acquis de la formation

Au cours de leur formation, les étudiantes et les étudiants de l’option philosophie apprennent à mieux maîtriser la dissertation et le commentaire de texte, à poser et à construire un problème de manière rigoureuse, personnelle et ouverte. L’acquisition de ces compétences est un atout majeur pour la réussite dans toutes les filières sélectives et pour des études de philosophie, notamment en vue des concours du Capes et de l’Agrégation.


ARCHIVES
Programmes et sujets

Epreuve de tronc commun

2022 Programme : L’art, la technique
— Sujet : Quand y a-t-il art ?
2021 Programme : La politique, le droit
— Sujet : « L’Etat, c’est moi »
2020         Programme : La science
— Sujet : Science et objectivité
2019          Programme : La métaphysique
— Sujet : Peut-il y avoir des expériences métaphysiques ?
2018          Programme : La morale
— Sujet : La responsabilité
2017           Programme : Les sciences humaines : homme, langage, société

— Sujet : Peut-on délimiter l’homme ?
2016            Programme : La politique, le droi
Sujet : Que peut-on interdire ?
2015            Programme : La science

— Sujet : Expliquer
2014            Programme : L’art, la technique

— Sujet : Le corps peut-il être objet d’art ?
2013            Programme : La métaphysique

— Sujet : La cause
2012            Programme : La politique, le droit

— Sujet : Qu’est-ce qui est hors la loi ?
2011            Programme : La science

— Sujet : Les sciences sont-elles une description du monde ?
2010            Programme : L’art, la technique

— Sujet : L’imitation

Epreuve de spécialité

2022 : Le principe – La personne : Nietzsche, Le gai savoir, 5ème livre + Montaigne, L’Apologie de Raymond Sebond.
— Sujet : L’absence de principe
2021 : Le plaisir – La vie + Plotin + Nietzsche, Le gai savoir, 5ème livre.
— Sujet : Vie et pensée.
2020 : L’espace – Le sacré : Spinoza, Traité de la réforme de l’entendement + Plotin — Annulation des épreuves orales pour le concours 2020
Sujet : Au centre de l’espace.
2019 : La mémoire : L’œuvre : Marc-Aurèle, Pensées pour soi-même  + Spinoza, Traité de la réforme de l’entendement
— Sujet : Où est la mémoire ?
2018 : Le phénomène : L’éducation : Marc-Aurèle, Pensées pour soi-mêmeHegel, La philosophie de l’histoire, Introduction de 1830-31
— Sujet : Tout phénomène est-il un effet ?
2017 : La religion  : Le travail : Platon, Théétète + Hegel, La philosophie de l’histoire, Introduction de 1830-31
—  Sujet : La religion naturelle
2016 L’action : La nature : Hume, Enquête sur l’entendement humain + Platon, Théétète
— Sujet : La fin de la nature
2015 : L’individu   : Le mouvement : Lucrèce, De la nature IV + Hume, Enquête sur l’entendement humain
Sujet : L’individu est-il un principe ?
2014 : L’Etat : La matière : Descartes, Correspondance avec Elisabeth + Lucrèce, De la nature IV
— Sujet :  Que peut la matière ?
2013 : La perception : L’histoire : Aristote, Politique III + Descartes, Correspondance avec Elisabeth
Sujet :  Peut-on prédire l’histoire ?
2012 : Le principe : Le peuple : Leibniz, Correspondance avec Arnauld + Aristote, Politique III
— Sujet : Y a-t-il une science des principes ?
2011 : Le vivant : Sénèque, De la vie heureuse + Leibniz, Correspondance avec Arnauld
— Sujet : Qu’est-ce que connaître le vivant ?
2010 : Le langage : Diderot, Le Rêve de d’Alembert + Sénèque, De la vie heureuse                                         
— Sujet : A quoi le langage sert-il ?
 2009 : L’inconscient : Diderot, Le Rêve de d’Alembert + Augustin, Confessions XI   
— Sujet : A quoi sert l’idée d’inconscient ? 
2008 : Le plaisir : L’expérience : Augustin, Confessions XI + Kant, Qu’est-ce que s’orienter dans la pensée ?
— Sujet : De quoi peut-on faire l’expérience ?
2007 : Le monde : La méthode : Kant, Qu’est-ce que s’orienter dans la pensée ? + Aristote, De l’âme, I-II
— Sujet : Qu’est-ce qu’une mauvaise méthode ?
2006 : La nécessité : L’imagination : Aristote, De l’âme, I-II + Rousseau, Du contrat social, I
— Sujet : Les sciences supposent-elles l’idée de nécessité ? 
2005 : Le choix : Le changement : Rousseau, Du contrat social, I + Platon, Phédon 
— Sujet : Peut-on réduire le choix à un calcul ?
2004 : La raison : L’infini : Platon, Phédon + Hegel, Préface de la Phénoménologie de l’esprit                                     
— Sujet : La raison est-elle historique ?
2003 : La causalité : L’organisme : Hegel, Préface de la Phénoménologie de l’esprit + Aristote, Ethique à Nicomaque, X
— Sujet :  Légalité et causalité     
2002 : La signification : L’obligation : Hume, Enquête sur l’entendement humain + Aristote, Ethique à Nicomaque, X
— Sujet : Interprétation et signification 
2001 : La croyance : Le devenir : Lucrèce, De la nature, II + Hume, Enquête sur l’entendement humain
— Sujet : Peut-on parler de croyances collectives ?
2000          L’idée : Les passions : Lucrèce, De la nature, II + Kant, Préface de la Critique de la raison pure
1999          La démonstration : Le droit : Kant, Préface de la Critique de la raison pure + Platon, Ménon 
1998          Le monde : La norme : Platon, Ménon + Descartes, Passions de l’âme, I
1997          La matière : Le progrès : Descartes, Passions de l’âme, I