Anglais : Ressources numériques




Marielle Soler

Dans le but de consolider le lien classes préparatoires aux grandes écoles et  universités, le lycée Saint Sernin offre aux étudiants de CPGE la possibilité d’assister à des colloques universitaires incluant notamment des rencontres avec des écrivains anglophones. Les rencontres ci-dessous ont eu lieu  dans le cadre du séminaire « Poéthiques » organisé par  Nathalie Cochoy, professeur de littérature américaine (CAS) et Jean-Yves Laurichesse, professeur de littérature française (PLH-ELH) à l’Université Toulouse Jean Jaurès.


– 2015 : One-day symposium “Small Town America” Université Toulouse – Jean Jaurès, 6 novembre 2015
Claire Cazajous-Augé and Jérémy Potier
– 2015 : Programme Journée d’études poétiques


Essay : The Ambition of the Short Story

By Steven Millhauser

Oct. 3, 2008

The short story — how modest in bearing! How unassuming in manner! It sits there quietly, eyes lowered, almost as if trying not to be noticed. And if it should somehow attract your attention, it says quickly, in a brave little self-deprecating voice alive to all the possibilities of disappointment: “I’m not a novel, you know. Not even a short one. If that’s what you’re looking for, you don’t want me.” Rarely has one form so dominated another. And we understand, we nod our heads knowingly: here in America, size is power. The novel is the Wal-Mart, the Incredible Hulk, the jumbo jet of literature. The novel is insatiable — it wants to devour the world. What’s left for the poor short story to do? It can cultivate its garden, practice meditation, water the geraniums in the window box. It can take a course in creative nonfiction. It can do whatever it likes, so long as it doesn’t forget its place — so long as it keeps quiet and stays out of the way. “Hoo ha!” cries the novel. “Here ah come!” The short story is always ducking for cover. The novel buys up the land, cuts down the trees, puts up the condos. The short story scampers across a lawn, squeezes under a fence.
Of course there are virtues associated with smallness. Even the novel will grant as much. Large things tend to be unwieldy, clumsy, crude; smallness is the realm of elegance and grace. It’s also the realm of perfection. The novel is exhaustive by nature; but the world is inexhaustible; therefore the novel, that Faustian striver, can never attain its desire. The short story by contrast is inherently selective. By excluding almost everything, it can give perfect shape to what remains. And the short story can even lay claim to a kind of completeness that eludes the novel — after the initial act of radical exclusion, it can include all of the little that’s left. The novel, when it remembers the short story at all, is pleased to be generous. “I admire you,” it says, placing its big rough hand over its heart. “No kidding. You’re so — you’re so —” So pretty! So svelte! So high class! And smart, too. The novel can hardly contain itself. After all, what difference does it make? It’s nothing but talk. What the novel cares about is vastness, is power. Deep in its heart, it disdains the short story, which makes do with so little. It has no use for the short story’s austerity, its suppression of appetite, its refusals and renunciations. The novel wants things. It wants territory. It wants the whole world. Perfection is the consolation of those who have nothing else.
So much for the short story. Modest in its pretensions, shyly proud of its petite virtues, a trifle anxious in relation to its brash rival, it contents itself with sitting back and letting the novel take on the big world. And yet, and yet. That modest pose — am I mistaken, or is it a little overdone? Those glancing-away looks — do they contain a touch of slyness? Can it be that the little short story dares to have ambitions of its own? If so, it will never admit them openly, because of a sharp instinct for self-protection, a long habit of secrecy bred by oppression. In a world ruled by swaggering novels, smallness has learned to make its way cautiously. We will have to intuit its secret. I imagine the short story harboring a wish. I imagine the short story saying to the novel: You can have everything — everything — all I ask is a single grain of sand. The novel, with a careless shrug, a shrug both cheerful and contemptuous, grants the wish.
But that grain of sand is the story’s way out. That grain of sand is the story’s salvation. I take my cue from William Blake : “To see a world in a grain of sand.” Think of it: the world in a grain of sand; which is to say, every part of the world, however small, contains the world entirely. Or to put it another way: if you concentrate your attention on some apparently insignificant portion of the world, you will find, deep within it, nothing less than the world itself. In that single grain of sand lies the beach that contains the grain of sand. In that single grain of sand lies the ocean that dashes against the beach, the ship that sails the ocean, the sun that shines down on the ship, the interstellar winds, a teaspoon in Kansas, the structure of the universe. And there you have the ambition of the short story, the terrible ambition that lies behind its fraudulent modesty: to body forth the whole world. The short story believes in transformation. It believes in hidden powers. The novel prefers things in plain view. It has no patience with individual grains of sand, which glitter but are difficult to see. The novel wants to sweep everything into its mighty embrace — shores, mountains, continents. But it can never succeed, because the world is vaster than a novel, the world rushes away at every point. The novel leaps restlessly from place to place, always hungry, always dissatisfied, always fearful of coming to an end — because when it stops, exhausted but never at peace, the world will have escaped it. The short story concentrates on its grain of sand, in the fierce belief that there — right there, in the palm of its hand — lies the universe. It seeks to know that grain of sand the way a lover seeks to know the face of the beloved. It looks for the moment when the grain of sand reveals its true nature. In that moment of mystic expansion, when the macrocosmic flower bursts from the microcosmic seed, the short story feels its power. It becomes bigger than itself. It becomes bigger than the novel. It becomes as big as the universe. Therein lies the immodesty of the short story, its secret aggression. Its method is revelation. Its littleness is the agency of its power. The ponderous mass of the novel strikes it as the laughable image of weakness. The short story apologizes for nothing. It exults in its shortness. It wants to be shorter still. It wants to be a single word. If it could find that word, if it could utter that syllable, the entire universe would blaze up out of it with a roar. That is the outrageous ambition of the short story, that is its deepest faith, that is the greatness of its smallness.

Anglais (LSH) : enseignement et option


Equipe pédagogique :

Anne Sophie André
Audrey Lambert
Julie Miguel
Sébastien Petit
Marièlle Soler


L’anglais en khâgne (Première Supérieure)

Préparation à l’écrit

Cours de version commentaire (tronc commun)

Ce cours s’adresse à tous ceux qui choisissent de passer leur épreuve écrite de langue vivante en anglais. Dans la continuité de l’hypokhâgne, mais à un rythme plus soutenu, compte tenu du calendrier, nous travaillons sur tout le corpus littéraire (fiction et non-fiction) de langue anglaise à compter de 1820 environ. 
Les trois heures hebdomadaires sont réparties entre commentaire et version, en fonction des textes, qui ont chacun leurs exigences propres. Chaque enseignant est responsable de sa progression, mais le plus souvent celle-ci s’articule autour d’un axe chronologique et thématique.
Pour passer une bonne année et réussir l’épreuve, il convient dès l’été de revoir les cours d’hypokhâgne, en constituant, si ce n’est déjà fait, des fiches de vocabulaire et des fiches de lexique critique. Les notions de focalisation et de narratologie, en particulier, devraient être maîtrisées. Par ailleurs, la fréquentation des anthologies de littérature anglaise et américaine est à recommander, ne serait-ce que pour savoir situer précisément les extraits étudiés en classe.
Ce cours ne se limite cependant pas à la seule acquisition de connaissances et de méthodes visant à obtenir la meilleure note possible à l’épreuve du concours. Il a aussi pour ambition de vous faire partager notre goût pour la littérature de langue anglaise, de vous faire voyager dans des contrées inconnues de vous, de vous donner, enfin, envie de voler de vos propres ailes et de lire sans retenue en version originale. Vous trouverez des suggestions de lecture sur le site de l’un de vos professeurs.
L’évaluation est faite sous la forme de devoirs surveillés en 6h, dans les conditions du concours.

Cours de thème (enseignement de spécialité)

Ce cours s’adresse aux seuls spécialistes anglais. A raison de deux heures par semaine, l’exercice de traduction dans le sens français- anglais est pratiqué intensément et assidument. Un programme de révision systématique du lexique est donné en début d’année, qui fait l’objet d’une évaluation bi-mensuelle. A cela il convient d’ajouter les devoirs à la maison qui alternent avec les évaluations sur table pour, en y ajoutant les préparations, habituer les étudiants à traduire vite et bien une large palette de textes tirés de la littérature française depuis 1880 environ.
Cette préparation sert non seulement à réussir l’épreuve spécifique de thème mais aussi à poser les bases d’un succès futur aux concours du CAPES et de l’agrégation d’anglais, ainsi que dans les masters de traduction (ESIT, notamment). 

Préparation à l’oral

Cours de tronc commun (spécialistes, non-spécialistes, LVB)

Ce cours réunit tous les étudiants amenés à se présenter à l’épreuve de commentaire de presse à l’oral de l’ENS. Le programme porte sur les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, tels qu’ils nous sont donnés à voir par les grands organes de presse anglophones (que ce soit au plan politique, culturel, social, voire économique). Pour s’y préparer, il est indispensable de suivre l’actualité avec régularité, tout en travaillant par ailleurs à l’aide d’ouvrages de civilisation.
Pour les candidats aux écoles de commerce, ce cours est essentiel tant pour réussir l’épreuve d’ « essay » que pour les épreuves orales.  

Cours de spécialité (littérature et civilisation)

Le programme de littérature de l’ENS Lyon, renouvelé chaque année, se compose de 3 œuvres, dont une pièce de Shakespeare. Ce programme fait l’objet d’une étude approfondie tout au long de l’année. En complément des œuvres imposées, des extraits d’autres œuvres sont également proposés, le plus souvent de poésie ou de théâtre, pour préparer également les étudiants à l’épreuve de littérature hors-programme de l’oral de l’ENS Paris-Saclay (anciennement Cachan).
Le travail se répartit entre cours magistraux et « planches » imposées, dont la régularité est un gage de réussite aux oraux des concours. Ce cours, où l’amour de la littérature, du théâtre et de la poésie de langue anglaise peut s’exprimer en toute liberté, est aussi le moment pour les étudiants de parfaire leurs connaissances techniques (prosodie, analyse critique…) mais aussi de constituer leur « bibliothèque de référence » de langue anglaise, qui leur sera d’une grande utilité dans la suite de leur parcours d’anglicistes.
En civilisation, l’épreuve de l’ENS Paris-Saclay, dont le sujet est renouvelé tous les deux ans, fait l’objet d’une préparation spécifique car son contenu et ses modalités diffèrent sensiblement de celle de l’ENS Lyon. 


Anglais 2022

Equipe pédagogique :

Anne-Sophie André
Audrey Lambert
Julie Migue
l
Sébastien Petit
Marielle Soler


Audrey Lambert
Julie Miguel
Marielle Soler

1ère année

Bibilographie Anglais LVA  2021-2022


Toni Morrison

Vous entrez en hypokhâgne LSH pour suivre 4h de LVA qui s’articulent autour de l’épreuve écrite de tronc commun de commentaire littéraire et version, et l’épreuve de presse à l’oral, pour cette épreuve vous suivrez pendant l’été la question de l’Irlande du Nord et du Brexit, lisez la presse (The Guardian et The New York Times peuvent être lus gratuitement enligne ou The Economist en bibliothèque ou médiathèque) et écoutez des podcasts sur PBS, NPR et BBC. Commencez par ce document https/www.bbc/news/explainers-53724381 et vous pouvez regarder la série Derry Girls sur Netflix pour une approche ludique. Pour les Etats-Unis le plan de relance de Biden sera aussi une thématique à suivre, vous pouvez commencer ici :

https://www.npr.org/2021/03/10/975617565/bidens-1-9-trillion-rescue-plan-set-to-turbocharge-u-s-economy

Pour la littérature la lecture d’au moins un de ces ouvrages est recommandée
The Handmaid’s Tale, Margaret Atwood dans l’édition anglophone de votre choix.
Katherine Mansfield, Short Stories, World’s Classic, Oxford ou gratuitement sur gutenberg project

http://www.gutenberg.org/files/1429/1429-h/1429-h.html

Pour travailler votre anglais pensez aussi à utiliser le site de la BBC, bbcworld.co.uk et sa rubrique Learning English, et  BBC radio 4 (généraliste), radio 3 (plus littéraire), radio 1.
Allez aussi sur www.npr.org pour les Etats Unis ou le site de PBS, le service public de grande qualité.
Il existe aussi un très bon site avec des exercices avec le British Council.

https://learnenglish.britishcouncil.org.

La révision de la grammaire apprise jusqu’à présent, en utilisant vos classeurs et manuels du secondaire est nécessaire, et pour affiner nous utiliserons : Grammaire raisonnée, S.Persec et J.C.Burgué, Ophrys (niveau lycée, ou 2 pour les plus avancés)vous devez faire vos révisions de grammaire avant la rentrée (priorité doit être donnée aux chapitres sur les temps et aspects, et à la modalité). On ne peut rédiger en anglais sans une certaine maîtrise du système verbal et de la syntaxe.
L’achat d’un dictionnaire unilingue, le seul autorisé au concours, est fortement recommandé : The Oxford Concise Dictionary mais au début vous pourrez utiliser les exemplaires du CDI si vous voulez étaler vos dépenses.
Pour la version l’achat d’un Bescherelle sera nécessaire pour réviser les conjugaisons toute l’année.

J. Miguel, M. Soler, A. Lambert


Audrey Lambert

1ère année

Bibilographie Anglais LVB 2020-2021



Vous entrez en hypokhâgne LSH pour suivre 2h ou 4h de LVB qui s’articulent autour de l’épreuve de presse pour l’oral, pour cette épreuve vous suivrez pendant l’été la campagne présidentielle aux Etats-Unis, la question de la guerre des statues et de la mémoire noire, les manifestations sur les violences policières, lisez la presse (The Guardian et The New York Times peuvent être lus gratuitement e ligne ou The Economist en bibliothèque ou médiathèque).
Pensez aussi à utiliser le site de la BBC,  bbcworld.co.uk  et sa rubrique Learning English, et sur la BBC radio 4 (généraliste), radio 3 (plus littéraire), radio 1 et radio 3 sont plus ‘jeunes’, allez aussi sur http://www.npr.org pour les Etats Unis ou le site de PBS, le service public.
Il existe aussi un très bon site avec des exercices avec le British Council : https://learnenglish.britishcouncil.org.
La révision de la grammaire apprise jusqu’à présent, en utilisant vos classeurs et manuels du secondaire, ainsi que : Grammaire raisonnée, S.Persec et J.C.Burgué, Ophrys (niveau lycée, ou 2 pour les plus avancés) vous devez faire vos révisions de grammaire avant la rentrée (priorité doit être donnée aux chapitres sur les temps et aspects, et à la modalité). On ne peut rédiger en anglais sans une certaine maîtrise du système verbal et de la syntaxe.

 


Mme André
M. Petit
Mme Soler


2ème année TRONC COMMUN
Bibliographie tronc commun 2021-2022

Littérature

Lecture obligatoire – Travail d’été

Vous devez lire pendant l’été The Heart is a Lonely Hunter de Carson McCullerssi possible dans l’édition Penguin Classics. Le premier devoir surveillé (15 septembre) portera sur cette œuvre et certains extraits seront également étudiés en classe. 
Lectures vivement conseillées
Literature in English, Françoise Grellet, Hachette, 2015
The Art of Fiction, David Lodge
A Glossary of Literary Terms, M.H Abrams
Cultural Guide, Françoise Grellet
Dictionnaire biblique culturel et littéraire, Chantal Labre , Armand Colin (consultable en bibliothèque)

Autres lectures conseillées :
– Sherwood Anderson, Winesburg, Ohio, 1919
Margaret Atwood, The Edible Woman, 1969; The Handmaid’s Tale, 1985; Alias Grace, 1996
Joseph Conrad, Heart of Darkness, 1902
TS Eliot, The Wasteland, 1922
Ernest Hemingway, Indian Camp, 1924
Henry James, The Turn of The Screw, 1898
James Joyce, Dubliners, 1914
Bernard Malamud, The Assistant, 1957
Katherine Mansfield, Something Childish and Other Stories/The Garden Party and Other Stories, 1924
Alice Munro, Dance of the Happy Shades, 1968
Edgar Allan Poe, The Oval Portrait, William Wilson, The Tell-Tale Heart, The Pit and the Pendulum, 1845
Virginia Woolf, A Room of one’s own/ A Haunted House and other short stories , 1929
Detective Stories: Dashiell Hammett, The Maltese Falcon or Conrad, The Secret Agent

Grammaire:
– Révisions de vacances
– Verbes irréguliers
– Temps et aspect
– la voix passive
– le style indirect
– la proposition infinitive
– la détermination
– les adjectifs

Vocabulaire

Annie Sussel et Corinne Denis Le Vocabulaire de L ‘Anglais Hachette Education 2013. Achat conseillé pour le tronc commun, si vous n’avez pas de livre de vocabulaire.

Attention, les spécialistes utilisent le Nouveau Manuel de l’angliciste, de Patrick Rafroidi.

Commentaire de Presse :

Se familiariser avec la presse anglophone en lisant les versions en ligne de The Economistthe Independentthe GuardianThe New York Times , The ObserverTime magazine etc…
Ecouter des podcasts : www.npr.org (favori du Celsa) , BBC WorldCNN student newsguardian.co.uk.
Accéder aux exercices très intéressants du site du British Council:
http://https/learnenglish.britishcouncil.org


Ressources conseillées (privilégier autant que possible les éditions les plus récentes)
– Marie-Christine Pauwels  Civilisation Américaine, Hachette Supérieur
– Pierre Lurbe, Peter John Civilisation Britannique , Hachette Supérieur
– David Mauk and John Oakland, American civilization, an introduction, Routledge
– John Oakland, British civilization, Routledge
– Sarah Pickard, Civilisation britannique, Pocket, édition bilingue


Mme André
2ème année Option Bibliographie 2020-2021

ci-dessous en fichier-joint